Dans le cadre d’un événement qui aura lieu ce mercredi 10 août, parrainé par S.E. le ministre du Tourisme M. Michel Pharaon et S.E.l’ambassadrice des Etats-Unis au Liban Mme Elizabeth Richard, l’éco-village de Bader Hassoun se verra attribuer une série de distinctions de la part des autorités et organisations internationales.

Cet éco-village a reçu un certificat d’appréciation pour la promotion et la mise en place du concept et des standards des «Villes-Santé» de l’OMS ; et il a également été désigné par le Conseil Arabe pour une Economie Verte, en tant que premier et seul village arabe typique au monde spécialisé dans l’investissement dans l’économie verte et dans le développement durable. Ce même éco-village s’est en outre vu octroyé la médaille d’excellence écologique de la part de l’Union Arabe de la Jeunesse et de l’Environnement, en plus d’avoir été inclus sur la carte du tourisme diplomatique et mondial par l’Union Internationale des Ambassadeurs des Etats-Unis.

Ainsi, en la présence d’une pléiade de sommités libanaises internationales du monde diplomatique, politique, sécuritaire, artistique, et médiatique, cet événement mettra à l’honneur le tourisme et le patrimoine libanais, au sein de la localité de Daher El Ain, dans le district de Koura.

Les produits du Khan el Saboun, dirigé par Dr Bader Hassoun, assurent la continuité d’une longue tradition familiale d’artisans savonniers. Depuis 1480, date à laquelle Youssef Beik Sayfa, gouverneur de Tripoli, fonde le caravansérail du commerce du savon, la famille Hassoun développe cet artisanat vivement prisé par les Arabes et les Européens, et les recettes ancestrales de savons naturels se sont transmises de générations en générations. Aujourd’hui, Dr. Bader Hassoun, après avoir obtenu un doctorat en aromathérapie de l’Inde, a réussi à élever de nouveau l’artisanat du savon à l’échelle internationale, en produisant une gamme variée de savons et de produits de beauté organiques aux différentes vertus.

Pour plus d’infos, visitez le site web et la page FB de Khan el Saboun.

Article précédentLe Racisme
Article suivantLa France renoue- t-elle avec son héritage catholique ?
Marie-Josée Rizkallah est une artiste libanaise originaire de Deir-el-Qamar. Versée dans le domaine de l’écriture depuis l’enfance, elle est l’auteur de trois recueils de poèmes et possède des écrits dans plusieurs ouvrages collectifs ainsi que dans la presse nationale et internationale. Écrivain bénévole sur le média citoyen Libnanews depuis 2006, dont elle est également cofondatrice, profondément engagée dans la sauvegarde du patrimoine libanais et dans la promotion de l'identité et de l’héritage culturel du Liban, elle a fondé l'association I.C.H.T.A.R. (Identité.Culture.Histoire.Traditions.Arts.Racines) pour le Patrimoine Libanais. Elle défend également des causes nationales qui lui touchent au cœur, loin des équations politiques étriquées. Marie-Josée est également artiste peintre et iconographe de profession, et donne des cours et des conférences sur l'Histoire et la Théologie de l'Icône ainsi que l'Expression artistique. Pour plus de détails, visitez son site: mariejoseerizkallah.com son blog: mjliban.wordpress.com et la page FB d'ICHTAR : https://www.facebook.com/I.C.H.T.A.R.lb/