Je vous ai fait confiance et vous m’avez trahi. Je vous ai confié tous mes avoirs et vous m’avez complètement volé. J’ai cru dans la solidité de vos banques, dans la bonne gestion de votre équipe de Direction, et je me suis fourvoyé.

Je me souviens du temps pas si lointain où vous me receviez avec des courbettes et me proposiez un café ou un jus dès mon arrivée dans votre bureau personnel, du temps où à Noël de chaque année je recevais à domicile un très joli cadeau avec les compliments de votre Direction.

Maintenant vous me traitez par dessus la jambe, vous me clôturez mon compte à la moindre réclamation, vous me chassez de votre agence et vous me dites avec la plus grande effronterie d’aller voir ailleurs (l’État entendez-vous) feignant d’ignorer que vous êtes les complices et les serviteurs de cet État qui dévore ses fils.

Si effectivement vous aviez été les victimes de l’État, si vous aviez vraiment été grugés par l’État, vous auriez depuis longtemps agi en justice contre cet État pour tenter de récupérer vos fonds et les restituer à leurs ayant-droits, c’est-à-dire à vos clients les déposants.

Par contre vous êtes les partenaires de cet État et vous pratiquez depuis près de 3 ans une politique suicidaire de nature à démolir chaque jour un peu plus le peu de confiance qui pourrait encore subsister dans vos établissements.

On dirait que vous avez renoncé définitivement à l’exercice de la profession de banquier au Liban. Vos agences sont devenues dans le meilleur des cas des officines de change et dans le pire des centres suspects destinés au blanchiment d’argent, au rachat de chèques au rabais et à toutes les sales besognes.

Quand on pense à tous les efforts qu’ont déployés vos pères et vos grands-pères pour faire de ces établissements des fleurons de la profession bancaire, ce qui a valu au Liban le surnom de “Suisse du Moyen-Orient” et qu’en quelques années, par votre courte vue, votre appât du gain, votre gestion catastrophique et vos complicités suspectes, vous avez détruit tout ce capital laborieusement accumulé, au point que le Liban est devenu par vos soins la Somalie du Moyen-Orient, on a envie de pleurer à chaudes larmes.

Il est vrai que vous avez sans vergogne accumulé les gains, que avez pris soin de placer vos fonds personnels en lieu sûr et que vous ne risquez pas de subir dans votre mode de vie personnel aucun des inconvénients que vous faites subir à vos clients spoliés.

Mais soyez sûr que vous ne pourrez pas continuer longtemps à profiter impunément des fruits de vos méfaits. Tôt ou tard, la Justice s’abattra sur vous, la Justice divine au cas vous échapperiez à la Justice des Hommes.

Ressaisissez-vous alors qu’il est encore temps et reprenez le droit chemin, ce chemin qui est de nature à sauver vos entreprises et votre propre pays.

Georges Airut

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Nos Lecteurs sont également les auteurs de ce site. Vous pouvez soumettre votre tribune libre, vos réactions ou analyses en rapport avec les évènements actuels, en envoyant un courriel à [email protected] Une fois accepté par l’équipe Libnanews, votre texte sera publié dans la rubrique opinion ou dans les catégories appropriées. N’oubliez cependant pas les règles élémentaires de la courtoisie et veuillez respecter les règles et les usages de la Langue Française. Nous ne sommes toutefois pas responsables des opinions ou du contenu soumis par Nos Lecteurs.