La Ministre de l’Energie et des Ressources Hydrauliques, Nada Boustani, a indiqué que l’appel d’offre que le Liban lancera prochainement concernant les blocs 1, 2, situés au Nord de la Zone maritime exclusive libanaise, les blocs 8 et 10 situés au sud de cette même zone dont une partie est revendiquée par Israël, ainsi que le bloc 5.

La carte des différents blocs dans les zones maritimes libanaises. Source Lebanese Petroleum Authorities

La conférence de presse que la Ministre a tenu ce vendredi 5 avril fait suite à une décision du Conseil des Ministres ce jeudi, qui avait décidé de lancer cet appel d’offre. Le délai maximal pour le dépôt d’un dossier de candidature est fixé au 31 janvier 2020.

L’évaluation des demandes de pré-qualification aura lieu dans les premières semaines de février 2020 à la mi mars 2020. Des négociations seront ensuite engagées avec les entreprises considérées comme gagnantes. À l’issue de ces négociations, le Conseil des ministres devrait approuver l’attribution de licence, à la mi-avril 2020 selon le calendrier précisé par les autorités.

La Ministre a indiqué que plusieurs compagnies pétrolières internationales, notamment françaises comme Total, italienne comme ENI, ou encore britanniques ou russes ont manifesté leur intérêt quant à la participation à cet appel d’offre.

Il s’agira, pour le Liban, d’intensifier l’exploration en ressources hydrocarbures de la zone économique libanaise.

Concernant les blocs 4 et 9 qui ont été attribués lors d’un processus similaire au consortium formé par Total (France), ENI (Italie) et Novatek (Russie), Nada Boustani a précisé que l’exploration serait terminée avant fin 2019 pour le bloc 4, et commencera en 2020 pour le bloc 9.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.