Liban : Les personnes LGBT revendiquent leurs droits

0

Beyrouth, le 7 mai 2020) – La lutte des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) pour faire valoir leurs droits au Liban est un élément important des manifestations nationales qui ont débuté dans ce pays le 17 octobre 2019, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch, lors de la mise en ligne d’un dossier multimédia à ce sujet.

Rana, 32 ans, activiste des droits LGBT photographiée sur la place Riad El-Solh à Beyrouth, au Liban, le 22 décembre 2019. Sur le bloc de béton figure ce graffiti : « If not now, when? » (« Si ce n’est pas maintenant, alors quand ? »).
Rana, 32 ans, activiste des droits LGBT photographiée sur la place Riad El-Solh à Beyrouth, au Liban, le 22 décembre 2019. Sur le bloc de béton figure ce graffiti : « If not now, when? » (« Si ce n’est pas maintenant, alors quand ? »). © 2020 Marwan Tahtah pour Human Rights Watch

Ce dossier multimédia, intitulé “« “If Not Now, When?” : Queer and Trans People Reclaim their Power in Lebanon’s Revolution » (« “Si ce n’est pas maintenant, alors quand?” : Les personnes gays et transgenres revendiquent leurs droits dans le cadre de la révolution libanaise »), présente des histoires d’espoir et de solidarité, racontées par des femmes homosexuelles et des transgenres qui participent aux manifestations.

En manifestant dans la rue, et à travers des chants, des graffitis et des discussions publiques, les personnes LGBT sont sorties de l’ombre pour encourager des discussions publiques dans ce pays où les relations homosexuelles sont passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à un an de prison. Les personnes transgenres sont confrontées à la discrimination de manière systématique.

« Les personnes LGBT qui participent aux manifestations au Liban sont en train d’utiliser avec puissance leur voix pour revendiquer leurs droits », a déclaré Rasha Younes, chercheuse sur les droits des personnes LGBT à Human Rights Watch. « Leur contribution visible au débat public a ouvert de nouvelles possibilités pour la reconnaissance de leurs droits et de leurs identités au Liban. »

Malgré certains progrès réalisés dans la révolution pour l’acceptation des droits des personnes LGBT au Liban, ces personnes continueront à être reléguées aux marges de la société jusqu’à ce que le gouvernement abroge l’article 534 du code pénal, qui punit les relations homosexuelles, selon Human Rights Watch.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français