Liban 2020, sur la route des Musées au Liban : Un guide pratique inédit, indispensable et inépuisable.

0
368

L’ouvrage de Hana Samadi Naaman, avec les photographies de Houda Kassatly, publié récemment aux éditions Geuthner et Al Ayn est un véritable évènement et cela pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, il s’inscrit dans une démarche inédite de rationalisation, d’organisation et d’inventaire global, qui manquait cruellement jusqu’à là. D’ailleurs dès l’introduction, l’auteur explicite son approche en fournissant la définition étymologique (désignait « le temple des Muses sur le Parthénon ») et professionnelle du musée (à travers l’ICOM, conseil international des musées, fondé en 1947), tout en l’appliquant à notre pays, relevant à juste titre l’absence objective de classement et de cadre précis. Hana Samadi suit l’évolution de cette idée au Liban et son utilité de plus en plus vitale, pour « le développement social, culturel, économique et touristique du pays ».

Pour la première fois, nous disposons d’un guide pratique qui répertorie 105 musées au Liban, répartis sur les 6 départements (Mohafazats) avec une carte géographique(dépliant), à la fin qui les situe tous et un index thématique. Le guide est donc divisé en six parties avec une approche identique et structurée pour chaque musée, comportant l’intitulé, la localisation exacte, les heures d’ouverture, les conditions d’entrée (libre ou payant). Puis suit la genèse du musée et une description du contenu, assortie de plusieurs illustrations attrayantes et talentueuses. Cette approche précise, plutôt objective peut rendre compte, par la présentation et les informations fournies, de l’importance du musée.

Par ailleurs, les Libanais qui ne disposent toujours pas d’un livre d’Histoire commun peuvent au moins apprécier un patrimoine immatériel et matériel commun dont ils sont collectivement dépositaires. Ce guide met en avant et en partage cette richesse patrimoniale et recrée des liens entre les Libanais à travers une culture commune.

Plutôt que de se laisser engloutir en vain, par des luttes politiques intestines et interminables, de plus en plus contradictoires, qui divisent le pays et le fragmentent, nous livrant à tous les vents, ce guide nous permet de réorganiser notre mémoire collective et notre vécu de manière savante, pédagogique et ludique, sur toute l’étendue de l’espace libanais.

Cet ouvrage devrait être acquis et distribué par le ministère des Affaires Etrangères à toutes les missions diplomatiques étrangères au Liban et libanaises à l’étranger. Il devrait être également diffusé par le ministère de l’Education Nationale à toutes les écoles et institutions pédagogiques pour permettre aux enseignants et aux élèves d’explorer le patrimoine libanais et de l’intérioriser. Le ministère de la Culture devrait également participer à le faire connaître dans tous les espaces culturels, tant au Liban qu’à l’étranger. Sans oublier le ministère du Tourisme qui détient là un outil convaincant pour faire venir les étrangers sur notre sol.

L’auteur précise sur la quatrième de couverture que cette « promenade muséale aux pays des cèdres n’a pas de prétention. Elle a pour objectif de souligner l’effort patrimonial tant privé que public, de vous inciter à la découverte …. Apprendre l’histoire du Liban par ses sites archéologiques, sa monnaie, ses métiers, ses outils agraires, les expressions artistiques diverses et variées… »

De mon côté, depuis qu’il a été publié en novembre passé, je ne rate aucune occasion publique ou privée, de promouvoir et de faire partager les mérites de cet ouvrage minutieux et varié (mais de l’avis même de l’auteur non exhaustif). Hana Samadi Naaman et Houda Kassatly ont visité consciencieusement, se sont documentées et imprégnées de l’ambiance propre et particulière de chaque musée, pour la transmettre et donner l’envie de le découvrir. Houda Kassatly à travers ses photos lumineuses a su restituer l’esprit des lieux. Hana Samadi Naaman a déjà publié un autre livre –référence « Les proverbes de ma mère » aux éditions Geuthner dirigées par Mira Prince, qui œuvrent entre autres, depuis plusieurs années à faire connaître de manière globale, spécifique et organisée, le patrimoine Libanais sous ses différentes formes. On ne se lasse pas de découvrir ce riche patrimoine, de l’approfondir, de l’apprécier et de le célébrer, à la veille de la commémoration du premier centenaire du Grand Liban en 2020.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.