Il y a quelques années, les murs de Beyrouth ont été gravés de coeurs rouges avec des messages d’amours et d’espoirs. Ces palpitants sont venus égayer les murs gris et délabrés de la capitale. Des murs gris et délabrés comme les coeurs de ses habitants qui l’ont quittée, gris et délabrés comme leurs projets, leurs avenirs, leurs situations, dans un pays macérant dans une corruption qui l’a rongé jusqu’aux os.

Ces coeurs étaient signés #TheBeirutHeartProject, un groupe de taggeurs qui semble s’être eclipsé, mais qui, le temps d’une saison ou plus, a réussi a marquer les murs de la ville d’un petit message d’espoir et d’amour, facteurs vitaux ô combien en voie de disparition – pour ne pas dire disparus.

Beyrouth, la grande Dame du Monde, mille fois meurtrie et mille fois ressuscitée. Beyrouth, demain risque de tomber de nouveau dans les mailles de ceux qui ont toujours su la mener à l’abattoir, avec ses habitants, son histoire, son identité et son patrimoine… si ces habitants manquent d’amour … encore une fois envers elle.

Demain, les Beyrouthins auront le choix entre une liste chapeautée par ceux qui l’ont noyé dans les ordures au propre comme au figuré, et deux listes, chacune toute aussi excellente l’une que l’autre : Beyrouth Madinati qu’il est inutile de présenter aujourd’hui, et la liste du brillant penseur, militant, ingénieur polytechnicien et économiste qui dérange les médias, les partis et tous les poissons morts que le courant emporte.

L’essentiel, c’est que tout soit fait dans un climat d’entente, de calme et de paix, pour que ces deux listes prennent le dessus sur la première, pour que non seulement les murs de Beyrouth soient de nouveau émaillés de coeurs, mais pour que le coeur de la ville et les coeurs de ses habitants puissent battre de nouveau dans un climat sain, leur donnant un espoir d’une vie digne dans une ville qui sera de nouveau à leur portée, à leur service, et à leurs enfants.

Par Marie-Josée Rizkallah

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Article précédentL’inceste au quotidien des corrompus libanais
Article suivantOuverture des élections municipales au Liban
Avatar
Marie-Josée Rizkallah est une artiste libanaise originaire de Deir-el-Qamar. Versée dans le domaine de l’écriture depuis l’enfance, elle est l’auteur de trois recueils de poèmes et possède des écrits dans plusieurs ouvrages collectifs ainsi que dans la presse nationale et internationale. Écrivain bénévole sur le média citoyen Libnanews depuis 2006, dont elle est également cofondatrice, profondément engagée dans la sauvegarde du patrimoine libanais et dans la promotion de l'identité et de l’héritage culturel du Liban, elle a fondé l'association I.C.H.T.A.R. (Identité.Culture.Histoire.Traditions.Arts.Racines) pour le Patrimoine Libanais dont elle est actuellement présidente. Elle défend également des causes nationales qui lui touchent au cœur, loin des équations politiques étriquées. Marie-Josée est également artiste peintre et iconographe de profession, et donne des cours et des conférences sur l'Histoire et la Théologie de l'Icône ainsi que l'Expression artistique. Pour plus de détails, visitez son site: mariejoseerizkallah.com son blog: mjliban.wordpress.com et la page FB d'ICHTAR : https://www.facebook.com/I.C.H.T.A.R.lb/

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.