La facade du Parlement Libanais. Crédit Photo: François el Bacha pour Libnanews.com

Les manifestations intenses pour le droit de vivre sans être humilié, pour la fougue ponctuelle de la préservation communautaire et pour la démesure de la dévotion vers un élu en particulier démarquent divers aspects du produit affectif au Liban.

Le libanais persiste à défendre la mentalité du touriste exigeant et insatisfait dans un hôtel délabré par ses gérants. Ils sont pourtant ces élus préférés d’électeurs intolérants dans l’exercice de la citoyenneté ordinaire qui persistent à faire le nécessaire pour des égards et des services particuliers.

Ces gérants sont aussi épris que leurs clients, de la non cohérence démocratique, du regard peu critique sur la manière de faire ou pas, de l’absence du dialogue productif entre les « partenaires » politiques majeurs et des espaces de vies provisoires ! 

Ce beau monde reste ironiquement accroché à la cohabitation mensongère alors que la bourse se vide en vitesse. Il leur reste des réflexions semblables bien de chez nous: »Quoi faire? » et « comment rester omniprésents malgré tout ! ».

En tout cas, les embarras et les grandes colères ne servent plus quand ils se cantonnent aux déballages accusatifs.Après avoir toléré des avantages personnels des générations durant et des réseaux de personnages déterminés surtout à fructifier des affaires au détriment de l’Etat, il est inutile, en plein désastre, de miser sur ce sursaut national que le libanais associe davantage aux angoisses existentielles et aux visions adverses.

Cependant, la sauvegarde de la nation n’a rien à voir avec le souci de réussir d’après la vision unilatérale des uns et des autres. L’unité et la solidarité nationales requièrent autre chose que l’obsession du standing matériel, la panoplie des cercles clos , les parts à préserver, les messages prometteurs et le tourisme des ruines.On n’est plus au stade de constater notre désastre mais de rendre à court terme des dettes effarantes à cause de l’irresponsabilité et de l’inconscience collectives de tant de gens! 

Le processus de sauvetage comprend une participation ouverte et engageante. Elle concerne de mettre en actes un partenariat étroit avec tous les professionnels libanais qualifiés de par nos régions. Il s’agirait d’entreprendre avec le gouvernement un sauvetage immédiat et généralisé d’un État délabré. C’est peut-être ce qui pourrait conduire à une relation gouverné-gouvernant, cohérente,  distante des colères, du chaos, des emballements, des dépendances toxiques et des abîmes de la méfiance ! 

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.