Après les fonctionnaires de la Banque du Liban qui avait débuté un mouvement de grève ce lundi et qui a été suspendue jusqu’à nouvel ordre ce vendredi, ou encore les dockers du port de Beyrouth, c’est au tour des juges libanais de décider de protester contre les mesures d’austérité incluses dans le budget 2019 et publiées par un journal saoudien Asharq al-Awsat.

Il s’agirait notamment de diminuer certains acquis sociaux, comme par exemple de 10% le financement public des fonds de pensions alloués aux juges et de réduire la participation de l’état à l’aide médicale et aux indemnités liées à l’éducation de leurs enfants.

Outre les 560 juges, cette mesure concernerait également les 1 200 assistants judiciaires comme le greffiers.

Pour les magistrats en grève depuis vendredi, il s’agirait de sauvegarder l’indépendance du système judiciaire, estimant que tout projet visant à diminuer leurs indemnité est une attaque contre leurs droits.

Les juges ont notamment décidé de prolonger leur grève désormais ouverte jusqu’à ce que le gouvernement décide de retirer les mesures d’austérité les visant.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.