La part de l’honneur!

163
Moins d'une minute de lecture

L’armée libanaise prévaut pour défendre le Liban. Sa guerre contre un terrorisme contagieux, archaïque, maléfique et sauvage reconfirme la prévalence de son libre arbitre et la force de frappe pour libérer notre territoire. Nos fils, des militaires tués et d’autres enlevés ont été assassinés après avoir souffert horriblement ! Ils ravivent le pouls d’une identité citoyenne fougueuse et solidaire ainsi que l’honneur propre du libanais. Cependant, il paie encore tristement et lourdement la lourde facture de ses négligences, le laisser faire aberrant, le tassement de ses irresponsabilités et la dépendance intime aux dites “influences multiples”. Le citoyen s’est permis ainsi, au cours d’un long immobilisme de récolter un profond désarroi.

La constitution libanaise a initié certes la  donne consensuelle entre ses composantes selon ses textes mais pour conduire ses diversités à une richesse nationale unificatrice. Elle va devoir cependant être dramatiquement associée au labyrinthe des tractations systématiques. Celles où les tendances politiques articulent les repports et la préservation des domaines personnels, versatiles, sournois ou ambiguës pour acheminer des objectifs opportuns à plusieurs.

Le commandement en chef de l’armée et ses militaires préservent eux, au prix de leurs vies et sans controverse, l’exemple ultime de la fonction, du regard et du devoir national. Celui qui se démarque des pompeuses médiocrités par l’honneur qui tranche et la logistique stratégique silencieuse qui agit. Celle qui incarne le dévouement évident mais total, pour reconquérir chaque espace et indiquer à tant de faux rôles le propre du comportement pour une indépendance nationale!!

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français