Accueil A la une Quel est le premier parti chrétien ?

Quel est le premier parti chrétien ?

157
Publicité

Dans un communiqué hier, le bureau de presse du Courant patriotique libre (CPL) a estimé que le parti des Forces libanaises (FL) « insiste sur la falsification des données » et a rappelé que « le groupe parlementaire du Liban fort comprend 21 députés alors que celui de la République forte est formé de 19 élus » et que « le bloc du CPL est formé de 17 députés alors que celui du parti des FL est formé de 14 ». Il a conclu : « Nous espérons que les mensonges s’arrêteront et que le parti des FL n’ouvrira plus ce sujet. »

Qu’en est-il réellement ?

Si et seulement si l’on inclut le groupe parlementaire des Arméniens, le bloc parlementaire du Liban fort compte effectivement 21 députés et est alors le plus grand bloc parlementaire chrétien même s’il compte un musulman (Mohammad Yéhya).

Publicité

Parmi eux 16 sont membres du CPL (Alain Aoun, Assaad Dergham, César Abi Khalil, Charbel Maroun, Edgar Traboulsi, Elias Bou Saab, Gébran Bassil, Georges Atallah, Ghassan Atallah, Ibrahim Kanaan, Jimmy Jabbour, Nada Boustany, Nicolas Sehnaoui, Salim Aoun, Samer el-Tom et Simon Abi Ramia) et non 17 puisque 2 sont indépendants (Farid Boustani et Mohammad Yéhya) et 3 sont membres du parti Tachnag (Georges Bouchikian, Hagop Pakradounian et Hagop Terzian).

Le bloc parlementaire de la République forte compte effectivement 19 députés. Si le groupe parlementaire des Arméniens n’est pas inclut dans le bloc parlementaire du Liban fort alors le bloc parlementaire de la République forte est le plus grand bloc parlementaire chrétien. Toutefois, Samir Geagea a affirmé lors d’une interview télévisée que 5 députés du bloc parlementaire de la République forte ont été élus grâce aux voix sunnites (très certainement Elias Fouad Khoury à Tripoli et Elias Stéphan à Zahlé ainsi donc que trois autres).

Parmi ces 19 députés, 15 sont membres du parti des FL (Antoine Habchi, Chawki Daccache, Elias Fouad Khoury, Elias Stéphan, Fadi Karam, Georges Adwan, Georges Okaïs, Ghada Ayoub, Ghassan Hasbani, Ghayath Yazbeck, Melhem Riachi, Nazih Matta, Pierre Bou Assi, Sethrida Geagea et Ziad Hawat) et non 14 puisque 3 sont indépendants (Jihad Pakradouni, Razi el-Hajj et Saïd Asmar) et 1 est membre du Parti national libéral (Camille Chamoun).

En termes de nombre de députés, le CPL reste donc devant le parti des FL. Le bloc parlementaire du Liban fort, s’il comprend le groupe parlementaire des Arméniens, reste aussi devant le bloc parlementaire de la République forte. Le parti des FL et ses alliés au sein du bloc parlementaire de la République forte ont remporté plus de voix que le CPL et ses alliés au sein du bloc parlementaire du Liban fort mais la principale raison serait l’apport des voix sunnites et non chrétiennes. Le CPL n’aurait lui bénéficié de l’apport de voix chiites que pour faire élire Samer el-Tom à Baalbek-Hermel.

Analyse du vote en faveur des candidats du bloc parlementaire de la République forte :

  1. Leurs candidats dans les circonscriptions dans lesquelles ils ont brigué des sièges en 2018 n’ont obtenu au total que 16 696 voix de plus cette fois-ci.
  2. Ils ont perdu un siège à Bécharé, leur fief historique.
  3. Ils ont présenté bien plus de candidats qu’en 2018.
  4. Leurs candidats élus ont obtenu au total 163 846 voix soit une augmentation de 63 272 voix ce qui signifie que leurs candidats dans les circonscriptions dans lesquelles ils n’avaient pas brigué de sièges ont donc obtenu au total 52 950 voix.
  5. Ghayath Yazbeck a remplacé Fadi Saad.
  6. Samir Geagea a affirmé que 5 de ses députés ont été élus grâce aux voix sunnites.
CazaPrénom et nomNombre de votes préférentielsEn 2018Différence
Baalbek-HermelAntoine Habchi17’00014’8582’142
BaabdaCamille Chamoun1’8761’084792
KesrouanChawki Daccache9’12910’032-903
TripoliElias Fouad Khoury3’4263’426
ZahléElias Stéphan6’7586’758
KouraFadi Karam9’2267’8221’404
ChoufGeorges Adwan11’4339’9561’477
ZahléGeorges Okaïs11’92111’363558
JezzineGhada Ayoub7’9537’953
Beyrouth-EstGhassan Hasbani7’0807’080
BatrounGhayath Yazbeck11’0949’8421’252
Beyrouth-EstJihad Pakradouni2’1862’186
Metn-NordMelhem Riachi15’25415’254
AleyNazih Matta9’1919’191
BaabdaPierre Bou Assi14’75613’4981’258
Metn-NordRazi el-Hajj3’4591’0182’441
JezzineSaïd Asmar1’1021’102
BécharéSethrida Geagea7’9246’6771’247
JbeilZiad Hawat13’07814’424-1’346
163’846100’57463’272

Analyse du vote en faveur des candidats du bloc parlementaire du Liban fort :

  1. Ils ont gagné 5 016 voix par rapport à 2018 si on compare les sièges qu’ils ont remportés à nouveau.
  2. S’il est vrai que Hikmat Dib ne s’est pas représenté à Baabda ou que Edgar Maalouf a perdu au Metn-Nord ou encore qu’ils ont reculé au Kesrouan et perdu à Jezzine, le fait est que les candidats qui ont été élus, y compris dans des circonscriptions dans lesquelles ils n’avaient aucun député en 2018, ont obtenu au total 119 600 voix, soit 8 592 voix de plus qu’en 2018.
  3. Samer el-Tom a remplacé Michel Emile Daher.
  4. Nada Boustany a remplacé Roger Azar.
CazaPrénom et nomNombre de votes préférentielsEn 2018Différence
BaabdaAlain Aoun8’45710’200-1’743
AkkarAssaad Dergham5’7547’435-1’681
AleyCésar Abi Khalil5’6988’124-2’426
Békaa-Ouest-RachayaCharbel Maroun3’5763’576
AkkarMohammad Yéhya15’1428’1446’998
Beyrouth-OuestEdgar Traboulsi2’0531’919134
Metn-NordElias Bou Saab4’0507’299-3’249
ChoufFarid Boustani4’3472’6571’690
BatrounGébran Bassil8’92212’269-3’347
KouraGeorges Atallah2’6983’383-685
ChoufGhassan Atallah5’1494’1131’036
Metn-NordIbrahim Kanaan5’5137’179-1’666
AkkarJimmy Jabbour8’9868’667319
KesrouanNada Boustany11’3386’7934’545
Beyrouth-EstNicolas Sehnaoui4’7814’788-7
ZahléSalim Aoun5’5545’567-13
Baalbek-HermelSamer el-Tom11’3432’7428’601
JbeilSimon Abi Ramia6’2399’729-3’490
119’600111’0088’592

Rappelons que les 64 députés chrétiens que compte le Parlement ne sont pas tous membres de ces deux blocs parlementaires. En effet, 25 députés chrétiens n’appartiennent à aucun de ces deux blocs parlementaires :

  • le bloc parlementaire du Renouveau compte deux députés chrétiens (Adib Abdel Massih et Michel Moawad du Mouvement de l’Indépendance),
  • six députés chrétiens de la contestation (Elias Jradé d’Al-Tali’a, Melhem Khalaf, Michel Doueihy d’Osos, Najat Khattar Aoun de Taqadom et Paula Yaacoubian de Tahalof Watani),
  • quatre députés chrétiens sont non-affiliés (Charbel Massaad, Ghassan al-Skaff, Jean Talouzian proche du banquier Antoun Sehnaoui et Michel Daher),
  • le bloc parlementaire de la Modération nationale compte un député chrétien (Sagih Attié),
  • le groupe parlementaire du Développement et de la Résistance compte un député chrétien (Michel Moussa du mouvement Amal),
  • le groupe parlementaire national indépendant compte quatre députés chrétiens (Farid Haykal el-Khazen, Melhem Tawk, Michel Murr et Tony Frangié du courant Marada),
  • le bloc parlementaire du projet de la nation humaine compte deux députés chrétiens (Jamil Abboud et Nehmat Frem)
  • le bloc parlementaire du Rassemblement démocratique dirigé par le Parti socialiste progressiste compte un député chrétien (Raji Saad) et
  • le groupe parlementaire des Kataëb compte quatre députés chrétiens (Elias Hankache, Nadim Gemayel, Samy Gemayel et Sélim Sayegh).

Pour être complet, analysons donc le vote du parti Kataëb :

  1. Alors que les Kataëb étaient dans l’opposition depuis 2015 et l’accession de Samy Gemayel à leur tête, leurs candidats élus n’ont obtenu que 1 630 voix de plus que leurs candidats dans les mêmes circonscriptions en 2018. Pire, au Metn-Nord, ils n’ont gagné que 63 voix (alors que le parti des FL y a remporté deux sièges) et à Beyrouth-Est que 329 voix (malgré le décès de Massoud Achkar). Sélim Sayegh qui a remplacé Chaker Salameh a pu être élu parce qu’il se trouvait sur la liste de Neemat Frem, allié au CPL en 2018. Neemat Frem regrette aujourd’hui son alliance avec les Kataëb car il considère qu’ils ne lui ont rien apporté et qu’il aurait pu faire élire l’un de ses proches au lieu de faire gagner un député au parti de Samy Gemayel.
  2. Samy Gemayel a écarté la candidature de l’ancien député Samer Saadé à Batroun au profit de celle d l’avocat Majed Harb qui a perdu aux élections législatives du 15 mai dernier… Il a écarté la candidature de Jihad Pakradouni, largement élu à Beyrouth sur la liste du parti des FL, celle du cadre kataëb Elie Cordahi qui a alors rejoint la liste commune Parti socialiste progressiste-Parti des FL sans pouvoir l’emporter et, celles d’autres anciens cadres du parti : Rafic Ghanem et Sassine Sassine.
  3. Le parti des FL a pu remporter un des quatre sièges maronites de la circonscription parce que Samy Gemayel, Albert Kostanian (à la tête de Kulluna Irada), ancien cadre des Kataëb et de Loubnanouna (le groupe de Samy Gemayel jusqu’à l’assassinat de son frère Pierre Gemayel), et autres ont travaillé à empêcher la formation d’une liste de candidats indépendants composée entre autres de Fouad Abou Nader, ancien chef des Forces libanaises et ancien cadre du parti Kataëb, de l’ancien député Ghassan Moukheiber et de l’ancien chef des étudiants du parti des FL alors interdit Selman Samaha en convainquant certains candidats potentiels de rejoindre la liste kataëb. L’existence d’une telle liste de candidats indépendants aurait permis l’élection de Fouad Abou Nader et empêcher l’élection de Razi el-Hajj, candidat sur la liste du parti des FL.
CazaPrénom et nomNombre de votes préférentielsEn 2018Différence
Beyrouth-EstNadim Gemayel4’4254’096329
KesrouanSélim Sayegh3’4772’2391’238
Metn-NordElias Hankache6’1482’5833’565
Metn-NordSamy Gemayel10’46613’968-3’502
10’5736’6793’894

If you have found a spelling error, please, notify us by selecting that text and tap on selected text.

Publicité

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :