Sédimentologie et diagenèse de certaines roches néocomiennes–barrémiennes (Formation du Chouf), Sud Liban: Une introduction.

54

Les roches néocomiennes – Barrémiennes sont bien exposées dans le sud du Liban (Jezzine), mais n’ont pas bénéficié d’une étude approfondie à ce jour. L’étude qui suit (qui a été initialement déposée par Mr. Georges Bellos à l’AUB dans le cadre de son master de géologie en 19 Juin 2008) comprend des analyses pétrographiques et minéralogiques modernes et détaillées de ces roches (source:https://libcat.aub.edu.lb/record=b1408566~S1). Un article récapitulatif se trouve sur mon blog également (voir: https://www.blogger.com/blog/post/edit/3069797987781863576/6918091101761268118).

La Formation de Chouf a été déposée à la fois dans des environnements fluvio-deltaïques, avec des systèmes aquatiques, et éoliens (à systèmes continentaux). Des preuves de cela sont obtenues sur le terrain, en regardant les structures primaires préservées (dans les parties inférieures de la Formation – pour les environnements aquatiques et dans les parties médianes de la Formation – pour les systèmes à continentaux). Ainsi, les deux types de strates de grès qui sont trouvés dans le grès de base. Cette formation a été initialement étudiée par des cartographes français (et reconnue sou le Code de C1 ou de C1 dépendant des cartes) lors de la IInde guerre mondiale (voir: les cartes de Louis Dubertret et de ses collaborateurs; Ex. La Feuille de Jezzine, 1/50.000e), impliquant différents environnements de dépôt avec contrôle cyclique. 

Des analyses lithostratigraphiques et pétrographiques ont révélé que les affleurements de Homsiyeh comprennent cinq faciès distincts. Chacun d’eux a été étudié en détail avec des méthodes modernes de pétrographie et de diffraction des rayons X.

Cette étude pétrographique met en lumière les caractéristiques des strates riches en matières organiques des faciès aquatiques dominés principalement dans la partie inférieure de la Formation de Chouf (C1 dans les carte de M. Dubertret), composant des bitumes (note: cette présence pourrait indiquer la présence d’hydrocarbures datant déjà au Crétacé de Base, à base terrestres par la présence de Kérogène de type III). Ces bitumes ont provoqué la corrosion et la dissolution des grains de quartz (dans les grès) ayant augmenté globalement la porosité (et/ou la perméabilité) des roches lors de la migration initiale des hydrocarbures et plus tard du rinçage télogénique avec les eaux météoriques.

D’autres arguments récents (ceux dont l’étude initiale n’a pas souligné) indiquerait que les gisements de gaz présumés, dont tour le monde parle depuis plusieurs décennies, proviendraient vraisemblablement du Grès de Base (C1). D’autres arguments, selon d’autres chercheurs de l’AUB, indiqueraient que ce sont les hydrocarbures de ls formation de Chekka (C6 sur les cartes de Mr. Dubertret et de ses collaborateurs) qui seraient une source plausible. La Figure 1 ci cessus expliaue le campactage, et les diagénése des formations néocomoinees dites pétrilifères (voir: les recheches de M. Fadi Nader).

Figure 1: Courbe d’enfouissement avec histoire diagénétique enregistrée de la formation de Chouf. 

Notez que l’enfouissement des strates est estimé à 1800 m, l’épaisseur est de 300 m et la courbe résultante n’est pas corrigée pour le compactage (Creta. = Crétacé, Pli = Pliocène, R. = Récent et O.M. = matière organique). Notez que la Figure 1 est dérivée sur la receuil de plusieurs données sont celles collectées par M. Fadi Nader). Ce serait bon de définir la source exacte du type de Kérogène (soit I, II) produisant des produits pétroliers (comme la source du C6) l’indique, et le Kérogène III (de la source du C1) qui produirait du gaz naturel. Dans notre cas, la source présumée du gaz naturel off-shore serait du type “Wet Gas” et non “Dry Gas”, selon de récents arguments. Depuis 2008, Mr. Bellos suspecte qu’une partie des bitumes du C6 ont étés provenus du C1. (voir: http://www.searchanddiscovery.com/documents/2012/10382bellos/poster.pdf)

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Georges Bellos est un auteur libano-grec et hollandais. Né à Beyrouth, il a poursuivi la majorité de sa scolarité au Liban, sauf les années collège entre la France et les USA. Géologue de formation, [option sédimentologie et diagénèse] et titulaire d’un master de géologie [juin 2008], et une license d’archéologie [février 2012], et d'un master d’archéologie [thème: période phénicienne, août 2019], il s’oriente vers la gestion et le management [diplôme de master 2e cycle en Management septembre 2019], puis s'affirme dans les sciences de l’éducation [diplôme d'enseignant, juin 2020, et diplôme de master 2e cycle en éducation et management, Juin 2020]. Il est actuellement investi dans plusieurs projets de recherche. voir ses recherches sur ResearchGate, sa page officielle sur Academia.edu et sa page secondaire à Academia.edu