“Sur la discrimination raciale” par La Troisième Voix pour le Liban

158

La dénonciation du problème de la discrimination raciale au Liban, en particulier celui des travailleurs et travailleuses étrangers, embauchés dans les maisons privees ou dans les entreprises et l’attitude que beaucoup d’employeurs adoptent et maintiennent à leur égard, constituent un sujet de grande urgence pour les membres de La Troisième Voix. Elles reflètent un des aspects de la société libanaise, que beaucoup d’entre nous voudraient reformuler en incitant  l’ensemble de la population et des autorités dirigeantes à réviser leurs acquis, préjugés, parfois même paresse mentale et ignorance par rapport à un sujet qui se fait de plus en plus imminent. Une sensibilisation au concept de la discrimination raciale et  de ses implications nuisibles au sein de la société ne pourraient que réveiller les uns et les autres à leur côté humain, leurs rôles et leurs responsabilités dans le tissu social. Il est impératif de sauvegarder la sécurité des travailleurs étrangers que le pays accueille et engage et d’améliorer les règles étatiques nationales afin d’instaurer des lois protectrices à l’égard de ces personnes en question en punissant la discrimination raciale et en valorisant le traitement d’égalité et de respect de la dignité humaine.

Les propositions qui ont été mises en avant sont les suivantes :

1- Diffuser l’information le plus largement possible par Internet et les réseaux sociaux et dénoncer les exemples qui illustrent ces délits de manière à ce que les personnes impliquées se rendent compte de l’importance de leur “délit”. Par conséquent, souligner les exemples et les modèles adéquats.

2- Sensibiliser la population aux valeurs humaines, à un style de communication et de vision qui faciliteraient  l’acceptance, l’empathie, la tolérance et le lien. Ce dernier se manifesterait à travers le respect et l’intégration envers les personnes de couleur, de différentes classes socio-économiques, etc.. Créer par exemple des fascicules illustrant le pays d’origine des employé(e)s.

3- Une loi claire qui définit les droits et les devoirs des travailleurs étrangers et de leurs employeurs. Etablir une Charte qui reprend ces mêmes droits et devoirs et qui leur serait remise à la signature du contrat d’embauche (par exemple, le droit des travailleurs d’être en possession de leurs passeports, les jours de congés, les heures de travail, etc..).

4- Des agences (reliées à la justice / procureur) qui protègeraient  les travailleurs en cas de maltraitance et feraient aussi de la prévention tels que par exemple, des cycles d’éducation à assumer par les mairies tant sur le plan linguistique / vocabulaire lié au métier, ou sur des valeurs essentielles de la société libanaise.

5- Agencer le travail de prévention et de protection entre les bureaux d’embauches et les ambassades des pays concernés pour maximiser la protection des travailleurs de toutes formes d’injustices.

6- Capitaliser sur l’impact des jeunes adultes et leur influence dans le processus de restructurer les mentalités et sensibiliser la population au concept et problèmes de la discrimination raciale .

7- Travailler en partenariat avec les établissements scolaires et universitaires pour instaurer cette forme d’éducation et de sensibilisation. Des conférences, tables rondes, ateliers de travail et enseignement adapté pourraient servir à propager l’information et la consolider.

8- Des campagnes publicitaires incluant des slogans sur billboards, flyers, T.V shots, youtube, seraient d’excellents moyens pour diffuser l’information et faire émerger une sensibilisation nationale, soulignant les bons et les mauvais schémas.

9- Des textes de lois précis spécifiant l’application d’un système juridique pour remédier aux transgressions.

10- une modernisation de la loi concernant ce type de migration (faciliter la procédure pour les personnes âgées, procurations pour le dossier administratif, délais etc..).

Pour faire valoir ce que de droit,

La Troisième Voix pour le Liban

La 3ème voix – www.3Vliban.org

Libnanews publie les tribunes libres qui lui parviennent. Pour rappel, Ce mode de publication permet à une personne qui n’appartient pas à l’équipe de rédaction d’exprimer publiquement ses idées. Il s’agit d’un article d’opinion, de commentaire ou de réactions qui permet, dans la mesure du respect des autres et du bon sens, d’aborder des thèmes très divers, auxquels Libnanews ne peut être tenu responsable.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.