2 minutes à lire

Tout juste nommé, le premier ministre Mustafa Adib s’est rendu dans les quartiers dévastés par l’explosion du port de Beyrouth, le 4 août 2020.

C’est un premier geste fort, vis-à-vis des habitants de ces quartiers, qui sont toujours fortement choqués par l’explosion de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium. Tout juste après sa nomination, le nouveau premier ministre s’est également rendu auprès de la population et non de dirigeants politiques ou encore religieux, notent les observateurs locaux.

Il s’est notamment adressé aux habitants de Gemmayzeh et de Mar Mikhael: “dieu merci, vous êtes saufs, et si Dieu le veut nous allons changer l’approche”, allusion à la déliquescence des administrations publiques et à l’affaiblissement de l’État qui ont pu aboutir au drame qui s’est déroulé, il y a un mois à peine.

À une question concernant l’inclusion d’un politique au sein du prochain gouvernement qu’il devrait constituer, le premier ministre indique que que « si dieu le veut », ce dernier n’en inclura pas.

Un gouvernement qui doit être rapidement mis en place pour mener des réformes

Il s’était précédemment exprimé depuis le perron du Palais de Baabda, à l’issue d’une réunion avec le Président de la République et le Président de la Chambre Nabih Berri.

Mustapha Adib a rapidement estimé que les réformes économiques nécessaires à la confiance de la communauté internationale devront être rapidement mises en place.

Pour cela, il compte former un groupe de spécialistes qui pourront oeuvrer rapidement et mettre le Liban sur le droit chemin.

“Dans ces circonstances difficiles pour le pays, il n’a pas de temps pour les discours, promesses et les souhaits, mais plutôt pour le travail pour sauver notre nation parce que nous sommes tous inquiets pour les libanais”, juge Mustapha Adib.

Lire également: Mustapha Adib nommé premier ministre du Liban

Pour rappel, Moustafa Adib a été nommé sur lundi 31 août premier ministre du Liban, remplaçant Hassan Diab, qui avait annoncé la démission de son gouvernement le 10 août 2020. Ce dernier avait été fortement critiqué pour sa gestion suite à l’affaire du port de Beyrouth, dans un bras de fer avec le parlement libanais.

Pour l’heure, les dégâts sont estimés à plus de 8 milliards de dollars.

Ancien ambassadeur du Liban en Allemagne, considéré comme fin diplomate, Mustafa Adib aura à cœur de relancer des négociations avec le fonds monétaire international, négociations nécessaires pour le déblocage de l’aide économique au Liban. Elles avaient été suspendues sur fond de désaccord concernant le chiffrage des pertes du secteur financier entre le gouvernement, qui a présenté des chiffres pourtant confirmés par le fonds monétaire international et le parlement soutenu par la banque du Liban et l’association des banques du Liban.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français