4 minutes à lire

L’Etat du Grand Liban  était un État autonome qui faisait partie de la Syrie alors administrée par la France sous un régime de mandat de la Société des Nations entre 1920 et 1926 et qui prit le nom de République libanaise en 1926. Les frontières géographiques du « Grand Liban » correspondent à celles du Liban actuel.

L’autonomie du Grand Liban réclamée par le gouverneur du mont-Liban Habib Pacha es-Saad (décret du 9 décembre 1918) via la délégation du mont Liban, est signée avec la protection de la France, le 20 mai 1919 dans le but de protéger la communauté chrétienne maronite, dominante sur le territoire libanais à cette époque grâce notamment à la protection française1.

Le 7 mars 1920, le Congrès national syrien vote l’indépendance de la Syrie et son unité intégrale avec la Palestine et la Transjordanie puis proclame l’émir Fayçal ben Hussein « roi constitutionnel » du Royaume arabe de Syrie sous le nom de Fayçal Ier.

Le 25 avril, la Syrie est placée sous mandat français par la conférence de San Remo. Refusant de céder à l’ultimatum du haut-commissaire, le général Gouraud, les nationalistes dirigés par Youssef al-Azmeh sont finalement écrasés le 24 juillet par les troupes françaises dirigées par le général Mariano Goybet à la bataille de Khan Mayssaloun. Le roi Fayçal est contraint à l’exil.

Proclamation de l’État du Grand Liban le 1er septembre 1920.

L’État du Grand Liban est créé par l’arrêté no 318 du 31 août 1920 du général Henri Gouraud, représentant l’autorité française mandataire sur la Syrie, le même jour que le territoire des Alaouites, arrêté no 319. Le général proclame l’État du Grand Liban le lendemain du haut des marches de la résidence des Pins à Beyrouth, le même jour que sont créés les Etats d’Alep et de Damas, arrêté no 330.

La formation du Grand Liban consiste à tracer dans le territoire de l’Empire ottoman déchu une frontière séparant un Etat syrien d’un autre libanais annexant à l’ancienne moutassarifiya (circonscription autogérée dans l’Empire ottoman) du Mont-Liban, Beyrouth, les régions de Tripoli, du Akkar, du Hermel et de la Bekaa ainsi que de Rachaya, Hasbaya et le Sud-Liban. Ce tracé avait été souhaité par le patriarcat maronite soucieux de la « viabilité » du futur État libanais qui ne pouvait être assurée sans les ressources agricoles des territoires ainsi rattachés.

L’État baassiste syrien a souvent considéré ces annexions comme des amputations de la Syrie historique.

Dans les années 1920, le Liban n’accède cependant pas encore à l’indépendance, le mandat français étant confirmé par la Société des Nations en juillet 1922.

1926 : première constitution.

La première constitution du Liban est proclamée le 23 mai 1926, créant un système parlementaire initialement bicaméral, mais devenu monocaméral après la suppression du Sénat en 1927 ainsi que des postes de Président de la République et de chef du gouvernement. Le pays prend alors le nom de République libanaise. De 1934 à 1936 Habib Pacha es-Saad en devient le président. Lui succédera Emile Eddé.

1941 : accord de principe pour l’indépendance.

En 1941, l’invasion de la Syrie et du Liban par les Alliés entraîne l’élimination des autorités françaises vichystes. Sous la pression des Britanniques, les représentants de la France libre donnent leur accord de principe pour l’indépendance de la Syrie et du Liban mais tentent de maintenir le contrôle français.

En août 1943, le chrétien maronite Béchara el-Khoury s’entend avec d’autres notables comme le musulman sunnite Riyad es-Solh pour partager le pouvoir entre les communautés, la présidence de la République étant réservée aux maronites, la présidence du Conseil aux sunnites et la présidence de la Chambre aux chiites. Béchara el-Khoury, élu président de la République le 21 septembre 1943, s’affirme aussitôt comme un adversaire résolu du mandat français.

1943 : indépendance.

Jean Helleu, nommé par la France libre représentant au Levant s’oppose à la modification de la constitution : la Chambre de Beyrouth passe outre et abolit le mandat français en novembre. Le 11 novembre 1943, Helleu fait arrêter Béchara el-Khoury et le chef du gouvernement Riyad es-Solh, Emile Eddé redevenant chef de l’État. Un gouvernement « national » libanais se constitue aussitôt dans la montagne, soutenu par le président syrien Choukri al-Kouatli et par les Britanniques. Des manifestations violentes éclatent dans tout le pays, Georges Catroux est envoyé d’urgence à Beyrouth pour rétablir le statu quo. Le 22 novembre, les Français libèrent les dirigeants politiques prisonniers et acceptent le principe de l’indépendance. 

Dans les mois suivants, la France transfère toutes les compétences étatiques aux gouvernements syriens et libanais. L’indépendance politique du Liban est officielle le 1er janvier 1944. La France conserve cependant jusqu’à la fin de la guerre le contrôle des troupes spéciales du Levant et conditionne toujours l’indépendance à la conclusion d’un traité.

Les dernières troupes françaises quittent le Liban en 1946.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français