Un coin de référence..

168
3 minutes à lire

” Ce je suis est, pour moi qui le dit et le dit en le comprenant comme il faut, le fondement primitif intentionnel pour mon monde […]. Que cela convienne ou pas, que cela puisse me paraître monstrueux (de par quelque préjugé que ce soit) ou non, je ne peux pas détourner le regard un seul instant. Pour les enfants philosophes, cela peut bien être le coin sombre où reviennent les fantômes du solipsisme, ou aussi du psychologisme, du relativisme. Le véritable philosophe préférera, au lieu de s’enfuir devant ces fantômes, éclairer le coin sombre. ”
Edmund Husserl, 1935-1936, Logique formelle et transcendantale,op. Cit., Hua XVII, pp.  242-244.

Du cloisonnement au déconfinement, la prévention sanitaire préoccupe le monde. Alors que de hauts” responsables ” continuent de prévaloir le retour aux” normes” et le repère des courbes socio-économiques ceux ci persistent à suivre des trajectoires prévisibles et des erreures flagrantes au nom de devoir prémunir et de soutenir la population mondiale. 

Cependant, les restrictions obligées, dont la distanciation avisée, posent une nouvelle dimension individuelle et collective. Là où les priorités ne consistent plus à correspondre aux règles systémiques mais à la confiance intrapersonnelle. Elle se forme à la mesure de chaque être afin de tenir bon, malgré les questionnements existentiels sur le maintenant et l’après confinement.

Comment résister à l’erreur fatale de la contagion en attendant le traitement et le vaccin non controversés sans se centrer sur ses propres, moyen et parcours ?

Comment maintenir l’endurance physique et psychologique, la coordination ajustée à tout geste, l’attention aiguë en tout espace et le maintien d’une immunité acceptable quand des décisions unilatérales fluctuent d’un contexte à l’autre ? 

Après le choc de l’arrêt comment ne pas considérer l’insoupçonné pouvoir du faire face intime ? L’essentiel a été une noble distinction, trop souvent énoncée comme cet objectif idéal à atteindre et qui devrait ressembler à un choix de qualité conditionné par la marge du succès matériel pour un avenir meilleur.

Les démocraties se vident des valeurs éffectivement représentatives, proprement vécues, également partagées, réellement cohérentes et pratiquement évolutives au présent entre les gens. La “responsabilité” dont on parle se distingue surtout par les qualificatifs et les cadres respectifs des uns et des autres. Les actes de la conscience rigoureuse, du respect de toute chose, de ce qu’on vaut par nous-mêmes et du rapport attentif aux autres ont été marginalisés au détriment d’un coin de référence. 

“… le Coronavirus aura été une sonnette d’alarme… Il n’associe pas contagiosité et mortalité comme par exemple la grippe espagnole il y a 100 ans…C’est donc le moment de se préparer et de rassembler les connaissances…C’est pourquoi nous avons aussi besoin de solutions différentes pour voir ce qui fonctionne ou non, en vue d’être mieux préparés la prochaine fois. Nous avons besoin d’expérimentations. Et ce n’est pas la Suède qui expérimente ici. Ce sont les autres. Nous n’avons jamais paralysé des sociétés et des économies à ce point et il nous faudra beaucoup de temps avant de comprendre les effets d’une action aussi radicale. “
Johan Norberg, contrepoints, le 28 avril 2020.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français