Un artiste pour une noble cause! – Liban Canada Fonds

1

Les premières notes d’ « Aux champs Élysées » ont résonné. La foule l’attendait de pied ferme. Une vraie signature vocale : celle d’Anthony Touma était au rendez-vous. Et là, une connexion réelle s’établit entre le jeune talent et le public qui est aussitôt embarqué sur la planète pop.

Ce remarquable chanteur ne finit pas de nous épater, tantôt à la guitare tantôt au piano, Anthony est un artiste dans tous les sens du terme. En effet, il a su nous faire part de son talent caché de comédien en laçant des blagues de temps en temps, faisant rire le public aux éclats. Mais cela ne s’arrête pas ici, le grooveur de 22 ans s’amuse sur le rap de la chanson  « Payphone », puis esquisse quelques pas de danse sur la fameux tube « I’m sexy and I know it ». Anthony maîtrisait l’émotion de son auditoire, atteignant son paroxysme lorsqu’il a chanté « pour nous, qui sommes loin de chez nous ». Cet artiste authentique communique un flot d’émotions à travers les chansons reprises.  Mais c’est surtout à travers celles qui a lui-même écrites et composées, que sa sensibilité et sa finesse sont découvertes.

Cette facilité d’interpréter et de ressentir ce qu’il chante hérisse la foule qui l’écoute religieusement pour ses premières chansons pour ensuite fredonner avec lui les morceaux repris. Ce jeune homme faisant l’unanimité auprès des jeunes et des plus âgés est doté de multiples qualités, mais la plus admirable est son humanité. Généreux de son sourire et de ses talents, Anthony n’hésite pas à inviter sur scène un artiste libanais, Enzo Sabbagha. À eux deux, ils ont enflammé la salle sur la légendaire chanson des Beatles « Let it be ». Bien sûr, une ambiance si déjantée n’aurait pu s’installer sans la présence des musiciens aussi talentueux qui les accompagnaient. Dany Hawa, choriste, était muni de sa guitare et de maracas et Karim Hatem, derrière ses instruments de percussion, rythmait les chansons. En symbiose sur la scène, ces artistes incarnent le vrai don de soi.

Tous se sont réunis sur scène et ont performé pour une seule belle et noble cause : « soutenir l’action des associations caritatives libanaises travaillant directement avec les enfants handicapés et déshérités au Liban. » Deux pierres d’un coup? Moi je dis oui! D’une part l’association LCF œuvre pour assurer un avenir meilleur aux enfants dans le besoin et d’autre part elle encourage de jeunes talents libanais. Les membres de cette association dynamique innovant sans cesse par la nature de leurs levées de fonds sont à saluer. Je les  remercie tout particulièrement puisqu’à travers cet évènement la jeunesse libanaise a pu se mobiliser pour cette honorable cause.

Nous vous attendons prochainement au centre Bell et d’ici là bon courage dans vos parcours respectifs et merci pour cette soirée mémorable!

Nayla El Zyr

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Nos Lecteurs sont également les auteurs de ce site. Vous pouvez soumettre votre tribune libre, vos réactions ou analyses en rapport avec les évènements actuels, en envoyant un courriel à [email protected] Une fois accepté par l’équipe Libnanews, votre texte sera publié dans la rubrique opinion ou dans les catégories appropriées. N’oubliez cependant pas les règles élémentaires de la courtoisie et veuillez respecter les règles et les usages de la Langue Française. Nous ne sommes toutefois pas responsables des opinions ou du contenu soumis par Nos Lecteurs.