Aux prochaines élections  parlementaires les ténors des diverses tendances politiques transmettent la prévalence de l’indice communautaire, selon la pensée directive pour des conduites opportunes. Des infimes scénarios avant-gardistes durant les rassemblements jusqu’à l’exposition des poulains dévoués, le culte du chef unique demeure la seule valeur sûre.

Néanmoins, les structures politiques sont depuis si longtemps déficitaires de rapprochements indispensables entre elles et dans le gouvernement afin de correspondre à  l’engagement et à la tâche du représentant effectif des gens. Le problème du citoyen ne relève essentiellement du manque de charisme ou du potentiel de tous ceux qui lui promettent un changement mais du refus systématique de bien vouloir considérer le rôle de la politique partisane comme un fonctionnement de service continu strictement correspondant aux priorités nationales.
Là où la rigueur du suivi et les rapports interparlementaires et interministériels peuvent alors servir la mémoire active et collective au présent des individus. Les martyrs des guerres demeurent certes omniprésents aux discours pré-électoraux afin de raviver l’honneur défendu pour la patrie. Cependant, la verticalité de certains devrait en être inspirée pour défendre, servir et sacrifier tous les moyens possibles pour la nation et non seulement pour des intérêts ciblés. Les visions nouvelles et réalistes exposées par des femmes et des hommes déjà engagés sur leurs propres terrains professionnels sont le seul espoir réel pour la modification d’une pensée politique pour le moins  stagnante. Le but sera de cheminer vers une dynamique de rapports et de comportements issus et dignes d’expériences adaptées afin de répondre aux multiples vides et crises!

Cependant, il est indispensable de réfléchir ici à chaque étape de cet inévitable processus de démarcation, entre des politiciens tangibles et de nombreux  hommes d’affaires habillés en « stratèges » de projets pour devenir des interlocuteurs valables et non pas des mondes à part!

Voici en rappel, le 6ème principe de base du Mouvement du Cénacle Libanais,

 » ..6- L’homme libanais trouve sa spécificité en tant que citoyen dans un patrimoine pluriel et dans un présent stimulant qui lui permettent d’œuvrer avec passion à l’enrichissement culturel, intellectuel et moral tant de l’Orient que de l’Occident. Ce faisant, il dépassera ses appartenances étroites pour devenir un exemple d’ouverture humaine et faire du pays un exemple de cohésion nationale ; …« 

Réf  HAL, archives ouvertes, fr
Amine Elias, Le Cénacle Libanais
( 1946-1984), 2014.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.