Avec l’ermite maronite P. Youhanna Khawand OLM à Qozhaya ©Bkerké Jeunes.
Avec l’ermite maronite P. Youhanna Khawand OLM à Qozhaya ©Bkerké Jeunes.

Notre découverte de ce weekend diffère des précédentes ; nous allons faire un petit tour du Liban avec de jeunes pèlerins, des graines de cèdres venues d’ailleurs renouer avec la terre de leurs ancêtres, le temps d’une rencontrer inédite.

 « Comme les Cèdres du Liban », c’est autour de cet insigne que se sont rassemblés 150 jeunes maronites de la diaspora venus au Liban pour participer à la première édition du Forum Mondial de la Jeunesse Maronite qui s’est tenue au début du mois de Juillet, à l’initiative du bureau de la pastorale des jeunes à Bkerké présidé par le R. P. Toufic Bou Hadir, en collaboration avec le bureau des affaires de la diaspora.

Des jeunes libanais résidant en Afrique du Sud, en Argentine,  Australie, Brésil, Canada, Chypre, Égypte, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Jordanie, Mexique, Syrie, et Terre sainte, ont passé un séjour qu’ils seront loin d’oublier, rythmé de rencontres, de temps de prières, de conférences et d’initiatives sociales et culturelles.

Accueillis selon la tradition libanaise à l’aéroport par l’équipe organisatrice du Forum dirigée par Tania Chrabié, leur première escale fut au siège patriarcal maronite à Bkerké où ils ont été reçus par sa béatitude le Patriarche Mar Bechara Boutros Al Raï, pour ensuite se diriger à Zaarour vers le projet Hayda Lebanon, un village modèle conçu pour la promotion des traditions libanaises. Logeant tantôt chez des familles d’accueil tantôt à l’hôtel Bethania à Harissa où se sont déroulés les actes de ce symposium, ils ont sillonné le pays des cèdres, du sanctuaire de Maghdouché où la Vierge attendait le Christ , à Deir el Qamar, Beiteddine, Ksara, Baalbeck, Taanayel, Batroun, Dimane, Qannoubine, Zgharta, Jbeil, les Cèdres et Qozhaya, où ils ont effectué des activités variées, rencontré des ermites, marché sur les pas de leurs aïeuls, et même célébré un mariage religieux de deux d’entre eux selon le rite maronite.

Ce retour aux sources sur la terre de leurs ancêtres est un premier pas leur permettant de reprendre les liens avec leur patrimoine historique, culturel et spirituel. Le patriarcat les a exhortés à réclamer leur nationalité libanaise et a même mis à leur disposition des facilités pour engager ce genre de procédure.

Alors que la situation politique régionale révèle des inquiétudes et des appréhensions au Proche-Orient avec la montée en puissance d’un phénomène fondamentaliste et terroriste poussant les Chrétiens à immigrer, ce forum, symbolique certes, s’est quand même tenu envers et contre tout, afin de témoigner de l’espérance chrétienne et d’une lueur d’espoir pouvant exister à travers les jeunes de la diaspora capables d’insuffler un nouvel élan dans la société libanaise, et ceci, sur tous les plans. A l’image du cèdre que l’on coupe et qui repousse, vers cet Orient compliqué, ils ont décidé de venir avec une foi simple, et des idées pleines d’espérances. C’est vers cet Orient qui a tant besoin de leur énergie qu’ils sont attendus un jour pour vivre avec leurs compatriotes et marquer leur présence millénaire et éternelle, comme les Cèdres du Liban…

Par Marie-Josée Rizkallah

Article précédentHommage Libanais à Omar Sharif
Article suivantNord Liban: Crash d’un drone israélien à Tripoli
Marie-Josée Rizkallah est une artiste libanaise originaire de Deir-el-Qamar. Versée dans le domaine de l’écriture depuis l’enfance, elle est l’auteur de trois recueils de poèmes et possède des écrits dans plusieurs ouvrages collectifs ainsi que dans la presse nationale et internationale. Écrivain bénévole sur le média citoyen Libnanews depuis 2006, dont elle est également cofondatrice, profondément engagée dans la sauvegarde du patrimoine libanais et dans la promotion de l'identité et de l’héritage culturel du Liban, elle a fondé l'association I.C.H.T.A.R. (Identité.Culture.Histoire.Traditions.Arts.Racines) pour le Patrimoine Libanais. Elle défend également des causes nationales qui lui touchent au cœur, loin des équations politiques étriquées. Marie-Josée est également artiste peintre et iconographe de profession, et donne des cours et des conférences sur l'Histoire et la Théologie de l'Icône ainsi que l'Expression artistique. Pour plus de détails, visitez son site: mariejoseerizkallah.com son blog: mjliban.wordpress.com et la page FB d'ICHTAR : https://www.facebook.com/I.C.H.T.A.R.lb/