De plus en plus de patients arrivent dans les hôpitaux publics, dénonce le directeur de l’hôpital universitaire Rafic Harir, le dr. Firas Abiad, amenant à une saturation des services hospitaliers. En cause, les sommes de plus en plus importantes exigées par les hôpitaux privés, également confrontés à la crise économique.

Ainsi, le secteur est touché non plus seulement par le coronavirus, mais également par la crise économique elle-même.

Par le passé, les patients pouvaient recevoir un traitement dans des hôpitaux privés tant qu’ils payaient des sommes supplémentaires.
Récemment, ces demandes supplémentaires ont fortement augmenté, poussant les patients de plus en plus pauvres dans les hôpitaux publics.
Deux crises en résulteront. Les hôpitaux publics ne reçoivent pas de budget par le ministère de la Santé, mais facturent les services et reçoivent un paiement, généralement après un délai d’un an. Cependant, les salaires et les fournisseurs doivent être payés mensuellement. L’augmentation de l’activité peut précipiter une crise de liquidité.
L’autre crise se trouve dans les hôpitaux privés, qui font face à un bassin décroissant de patients qui peuvent se les permettre. Pendant ce temps, leurs dépenses augmentent également et leur personnel part pour de meilleures opportunités ailleurs. Le tourisme médical peut aider, mais nécessite de meilleures circonstances.
La résilience est devenue un lourd fardeau. À mesure que de plus en plus de gens partent, le poids de ceux qui restent devient juste plus lourd.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.