Moins d'une minute de lecture

Les ventes immobilières ont augmenté de 113% au cours des 9 premiers mois de l’année, l’achat de biens immobiliers est considéré comme un moyen de se protéger contre la détérioration de la livre libanaise face au dollar et aux possibles faillites du système financier.

Selon le cadastre, 55 108 transactions immobilières ont ainsi été enregistrées depuis janvier 2020 contre 36 952 l’année dernière. La valeur des transactions moyennes serait désormais estimée à 182 860 USD contre 128 228 USD en 2019.

En terme de valeur immobilière, Beyrouth enregistre la part du lion avec 34.1% des transactions enregistrées. La capitale est suivie du caza du Metn (17.3%), du Metn (17%), du Kesrouan (12%), du Sud Liban (8.3%) et enfin du Nord Liban (4.1%).

Les augmentations en terme de valeur concernent en premier lieu le Kesrouan, avec des prix moyens qui ont augmenté de 168%, puis de Beyrouth (+127%) et du Kesrouan (+112), la majorité des ventes prenant en compte la détérioration de la valeur de la Livre Libanaise face au dollar alors que le taux de change officiel reste toujours appliqué lors des enregistrements.

Cependant, ces hausses de prix impliquent une augmentation des revenus fiscaux de 105.7% soit 448 millions de dollars toujours au taux officiel. L’achat de biens par des ressortissants étrangers a également augmenté de 2.4% s’établissant à 776 opérations durant ces 9 premiers mois.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.