Du pseudo-dialogue à la parole unique ?

« Sous la poussée d’une surpopulation qui s’accélère et d’une sur-organisation croissante et par le moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation des esprits, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques -- élections, parlements, Cours suprêmes, et tout le reste -- demeureront, mais la substance sous-jacente sera une nouvelle espèce de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu’ils étaient au bon vieux temps. La démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions de radio et de tous les éditoriaux. Entretemps, l’oligarchie au pouvoir et son élite hautement qualifiée de soldats, de policiers, de fabricants de pensée, de manipulateurs des esprits, mènera tout et tout le monde comme bon lui semblera. » Aldous Huxley, extrait du “Retour au meilleur des mondes”, 1958.

0
76

Il est très inquiétant de constater que malgré les légitimes méfiances du libanais vis à vis de tant d’abus commis en son nom, il mise encore sur  des structures nouvelles sans son regard et sa part constructive.

Ses niveaux de performances et son rôle proactif indiquent des normes et des rapports utiles. Ils sont souvent mis à l’écart de la gouvernance.

Malgré une réticence traditionnelle à se faire face, certains parmi nous choisissent un retour à la pratique citoyenne alors que les gens se retrouvent face à des mesures d’austérité inégales à distance des personnages « intouchables ».

Ceci dit une majorité de libanais continue de se démener ou de sombrer encore plus contre vents et marées afin de survivre à un quotidien étouffant. Le contribuable continue d’attendre, sans même plus savoir pourquoi, des réponses à ses problèmes.

Très bientôt il devra payer au prix de sa santé, un rythme de vie encore plus effréné et des taxes directes et indirectes avec des poches à sec.

Des hommes, des femmes et des enfants demeurent otages d’un auto-emprisonnement. Il est constitué de cages d’attentes, d’aspirations lointaines et d’un présent provisoire ou illusoire.

Les gens savent pertinemment bien que pour que la dynamique du changement les incluent ils devraient se plier aux règles de certains personnages, à leurs adhérences, aux étapes d’un parcours, à la prévalence d’une raison ultime, à une pensée élitiste et aux énoncés convenus bien avant l’avénement d’une justice rigoureusement indépendante ! 

Une personne dotée d’un encéphale ordinaire sait depuis des décennies que les procédures légales initiées, suivies et achevées à chaque fois sans aucune influence ne sont pas pour demain.

Néanmoins, le citoyen subira très bientôt le coût des projets « nécessaires » mais controversés. Lui se questionne gravement sur le sens propice des résolutions budgétaires .

Elles se résument à des restrictions supplémentaires alors que de gros portefeuilles ne sont, malgré le désastre économique, toujours pas inquiétés.

La façade des meilleures intentions prédispose les uns à la chasse aux boucs émissaires alors que le changement semble déjà indiquer en tant de points, ce grave passage du pseudo-dialogue à la parole unique. 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.