2 minutes à lire

S’exprimant en direct du Grand Sérail, siège du gouvernement, le Premier Ministre a réagi aux manifestations qui se sont étendues à l’ensemble du territoire libanais.

L’intervention initialement prévue à 18h locale a été remise à plusieurs reprises dans l’attente de l’actualité. Une fusillade a fait 2 morts et 4 blessés à Tripoli au Nord Liban, quand les gardes du corps de l’ancien député Mosbah al-Ahdab ont ouvert le feu alors que ce dernier tentait de rejoindre les manifestations.
Le premier ministre a, pour l’heure, implicitement écarté toute démission, donnant 72 heures aux partis politiques à résoudre la crise et mettre fin aux obstacles posés au programme de réformes.

Pour l’heure, ce discours prononcé en direct ne semble pas satisfaire les manifestants qui indiquent vouloir continuer le mouvement et demandent la démission du cabinet gouvernemental actuel.

Le Premier Ministre a indiqué que le Liban passe par une situation inédite. Il a reconnu que “le peuple a mal” et indiqué que l’important est de savoir comment sortir de la crise qu’il traverse.

Cela fait trois ans que je tente d’examiner les raisons de la douleur de la population.

Il a indiqué qu’il a oeuvré durant les 3 dernières années il a oeuvré à changer les choses. Il a rappelé que l’électricité coute à l’état 2 milliards de dollars par an. Il s’agissait, selon lui, de diminuer la différence entre les dépenses et les revenus publics. Saad Hariri a également indiqué avoir oeuvré pour la jeunesse libanaise.

La vraie solution consiste à augmenter les revenus du pays en restaurant la croissance économique.

Les réformes, indique-t-il, ne consistent pas avec de nouvelles taxes mais avec des changements structurels en coopération avec la communauté internationale dans le cadre de l’aide économique CEDRE.

Il a rappelé les difficultés qu’il a eu à constituer son gouvernement, les différentes réunions pour mettre en place les réformes et les obstacles mis en place par les différents partis politiques.

Toutes sortes d’obstacles ont été mis sur la voie de tous les efforts de réforme que j’ai proposé (Saad Hariri)

Il a reconnu que le peuple a attendu durant 3 ans, des réformes qui ont tardé à se mettre en place en raison des obstacles mis en place par les différents partis politiques.

Toutes sortes d’obstacles ont été mis en travers de tous les efforts de réforme que j’ai proposés.
La colère est une réponse naturelle à la performance politique au Liban et à l’obstruction du travail de l’État.
Je ne regrette pas le règlement politique car mon devoir était de protéger le pays.

“Nous ne pouvons plus attendre”, a reconnu le Premier Ministre dans la mise en place du plan de réforme et de la lutte contre la corruption.

Face à ces obstacles, le Premier Ministre accorde un délai de 72 heures aux partis politiques pour s’entendre sur une solution à la crise actuelle.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.

Comments are closed.