Je suis islamophobe. Tu dois me comprendre: pour moi, de 9 à 25 ans, la terre était plate, commençait à la rue Sodeco et se finissait à la place Sassine. De l’autre côté, il y avait le no man’s land et les trois francs-tireurs qui me séparaient de toute âme qui vive. Lorsque je traversais le tunnel de Nahr el Kalb, je devenais Christophe Colomb.

Je suis aussi christianophobe surtout lorsque ton Zaim parle des droits du chrétien. Il défend tellement bien notre dignité, que maintenant de l’Orient à l’Occident, du Nord au Sud, de l’Amérique à l’Arabie Saoudite nous sommes persona non grata. Lui, il s’en balance parce qu’il a son passeport français, américain ou saoudien. Et que, toi, tu te plantes pendant des heures sous le soleil des ambassades, lui il s’en fout.

0ui, je phobe des deux.

Mais les gens dont je suis le plus phobe, c’est bien les agnostiques. Ils ont tellement peur que Dieu existe, qu’ils ne peuvent s’empêcher de t’agresser à tout bout de champ. Tu leur offres un café, ils te demandent si c’est parce que tu crois que Dieu existe. Ils vivent dans la terreur du tout puissant qu’ils savent n’existe pas! ça doit être terrible…

Bref, je croyais avoir tout englobé dans mes phobies, jusqu’à il y a deux jours où Richard Rojas m’a vraiment surpris. Double « R » est le bonhomme qui s’en est allé écraser joyeusement 22 personnes à Times Square et mettre fin au rêve américain d’une jeune fille de 18 ans. J’étais tellement choqué par l’incident que j’ai tout de suite googlé: « Hou ze fuke ize Richard Rojas? ».

Dans ma tête, une foule de questions: Double R, es-tu un latino fraîchement converti à l’Islam extrême? es-tu un fanatique chrétieno-nazito-fasciste? T’es-tu fait pousser des tresses à la juive avant ton crime? as-tu passé ton enfance à jouer sur GTA? Quelle mouche t’a piqué Richard Rojas?

Stupeur! Double R n’est rien de tout ça! Ancien militaire, il a servi dans l’armée de l’Oncle Sam et s’en est fait renvoyer par cour martiale. En changeant de costume, il n’a pas changé d’habitudes: son casier judiciaire est aussi long qu’un rouleau de papier-cul. Rien à voir avec le terrorisme vulgaire: Richard Rojas n’a jamais utilisé son ordinateur portable en avion ou transporté du bain de bouche dans son bagage à main. Richard tu trump la logique raciste (excuse la faute d’orthographe). c’est pour celà que l’affaire s’est tassée dans la plus grande discrétion. Les fous d’Allah, c’est pratique et simple à comprendre et à expliquer. Les fous tout court que nos sociétés produisent en masse aujourd’hui, ça ne passe pas, ça casse! En effet, personne n’a avalé l’histoire de drogue-pousse au crime, ou des voix de Jeanne D’Arc qui te parlaient sur ton iPhone branché sur auto-radio. On a tous connu des copains qui se shootent et entendent des voix, et ils n’ont jamais écrasé personne.

« Je voulais qu’on me tue », as-tu crié, Richard Rojas, à qui voulait t’entendre. Drôles de types qui doivent mourir pour être heureux, pour nager dans les rivières de lait, manger du fruit interdit et parler avec de jolies sirènes complètement dévoilées, alors que la plupart de ces choses, tu les as déjà à proximité. Certaines même au rabais.

Franchement, Richard, je n’ai rien compris à ta folie, et c’est tant mieux pour moi qu’elle me dépasse. Tu n’es pas très différent de tous tes copains, comme Anders Behring Breivik, Mohamed Lahouaiej Bouhlel et David-Ali Sonboly, qui ont tué au nom de Dieu. Mais, toi, au moins, ton crime aura prouvé qu’on n’a pas besoin de croire en Dieu pour devenir terroriste.