Plume encre (small)

Le long échec des politiques partisanes à initier entre elles un réel partenariat pour la nation, ne devrait  réussir à nous faire oublier un passé récent. Nous avons connu les querelles traditionnelles entre de célèbres leaders de la patrie. Cependant, les conflits – même en temps de guerre civile – entre ces partenaires, finissaient par s’estomper pour le respect des échéances électorales. La ténacité des tensions vives et complexes perdurent dans notre nouveau gouvernement. On se demande vivement si, au tournant de la première formule orale et écrite relative à la déclaration ministérielle, il nous reste encore un doute sur les mentalités qui pourraient se côtoyer et peut être travailler ensemble. Cependant, notre président de la République, M. Michel Sleiman a proclamé tout haut il y a quelques jours : « La terre, le peuple et les valeurs communes forment le triptyque en or pour la patrie, le seul à même de lier son passé à son futur » et « un état d’urgence nationale, officielle et civile, afin que le Liban demeure ». Cette pensée, conciliatrice des valeurs humaines communes à toutes les composantes du peuple libanais et qui s’implique au niveau des structures officielles et de la société civile a été finalement reconnue comme nécessaire et salvatrice pour construire des ponts de modération, de neutralité bienveillante et de richesses pour toutes les coexistences en crises.

La culture de la neutralité ne pourrait se définir ni se limiter à observer en silence des cloisonnements; politiques, communautaires et religieux comme des faits accomplis incontournables. Le but de la déclaration de Baabda est de permettre à tous de suivre l’autorité de l’état, représenté par des institutions qui concentrent leurs objectifs à réfléchir tout haut et à travailler sans relâche sur toutes les valeurs communes qui engagent, renforcent la cohésion et l’identité du citoyen libanais pour sa patrie d’abord.

Ainsi la culture d’une coexistence nouvelle se distinguerait par une voie positive, non opportuniste, non prétentieuse, indépendante, 100% made in Lebanon et initiatrice d’une citoyenneté ordinaire qui manque tellement à l’équilibre national. La modération est bien plus qu’une tendance qui consacre l’attitude modérée et une adhérence à la politique de l’unité. Elle est notre force. Celle qui devient indispensable lors des tempêtes régionales qui soufflent autour de nous et de leurs risques néfastes. Elle nous permettrait de regarder avec lucidité nos faiblesses, nos failles et nos différences sans plus jamais laisser la désunion entre les fils nous exposer aux ennemis de la Nation.

Joe Acoury.