Le siège de l'Association des Banques du Liban après l'explosion du Port de Beyrouth. Crédit Photo: Libnanews.com
Le siège de l'Association des Banques du Liban après l'explosion du Port de Beyrouth. Crédit Photo: Libnanews.com

L’association des Banques du Liban a répondu ce mercredi au Président de la République, estimant que ce dernier mène une campagne contre le secteur bancaire, avec l’objectif de dissimuler “les raisons de ce qui s’est passé et ce qui arrive toujours au pays”.

Hier, le président de la république s’était frontalement attaqué au ministre des finances et au gouverneur de la Banque du Liban ainsi qu’aux banques locales, les accusant n’avoir aucune volonté à mener la procédure d’audit juricomptable.

Le Président de la République a ainsi débuté en rappelant les différentes étapes faites par certains partis pour éviter cet audit de la banque centrale. Il a également rappelé que cette procédure n’est pas seulement une demande personnelle du chef de l’état mais également de la communauté internationale, une condition préalable au déblocage des fonds de CEDRE et du FMI.

À la banque centrale, vous assumez la responsabilité principale parce que vous avez violé la loi monétaire et de crédit, et vous auriez du organiser le travail bancaire et prendre des mesures pour protéger l’argent des gens dans les banques et imposer les normes de couverture et de liquidité.

Pour les banques, votre responsabilité est claire et vous ne pouvez pas échapper à la vérité. 

Les gens vous ont confié leur argent, et vous avez dépensé l’irresponsabilité de l’avidité d’un profit rapide et sans ′′ distribution de risques ′′ aux exigences de la profession.

Le communiqué de l’ABL

“Les membres de l’association ont détesté la campagne à laquelle le secteur bancaire est confronté, qui est devenue comme la chemise d’Othman. La plupart des politiciens y recourent lorsque la crise s’intensifie parce qu’ils pensent que ce qu’ils font, ils considèrent qu’ils présentent ce qui est indispensable pour montrer la vérité et découvrir les causes de ce qui est arrivé et de ce qui se passe dans le pays.
Peut-être que certains faits ont été oubliés par ceux qui se penchent sur le secteur, ou ils peuvent délibérément oublier certains faits dont nous pensons qu’il faut se souvenir:
1- Ce ne sont pas les banques qui ont eu l’intention, dans chaque déclaration ministérielle depuis près de trente ans à ce jour, d’affirmer la fixation de la monnaie nationale.
2- Ce ne sont pas les banques qui ont exhorté l’Etat à emprunter sur l’argent déposé à la banque centrale.
3- Ce ne sont pas les banques qui émettaient les décisions et les lois des avances de trésorerie que nous n’avons jamais vues revenir au compte central.
4- Ce ne sont pas les banques qui ont fixé les cadres des subventions ou des dépenses dans le secteur de l’énergie, comme dans d’autres secteurs.
5- Ce ne sont pas les banques qui ont entravé et entravé la publication des lois sur le contrôle des capitaux. Elle n’a pas non plus décidé d’émettre des euro-obligations.
6- Grâce aux banques, l’Etat a pu assurer les salaires de toutes les catégories du secteur public.
7 – Les banques sont la partie qui payait annuellement le pourcentage le plus élevé de la perception fiscale au profit du trésor public.
8- Ce sont les banques qui ont préservé la présence du Liban et sa réputation internationale. Il est étrange que les politiciens s’efforcent d’appeler le monde à boycotter et assiéger les banques libanaises, comme s’ils cherchaient à couper l’artère de la communication financière entre le Liban et le monde, ce qui constitue un réel danger pour les intérêts du Liban et des Libanais. , et dans l’intérêt de qui?
9- Ce ne sont pas les banques qui définissent les politiques de gestion des déchets et qui ont approuvé des politiques fiscales et douanières irresponsables, ce ne sont pas non plus elles qui ont pris des décisions d’emploi aléatoires dans l’État, ni celles qui ont accumulé le déficit de la balance des paiements, ni celui qui a refusé la vision économique de l’État et une bonne planification.
10- Ce ne sont pas les banques qui ont organisé, géré et bénéficié de la contrebande massive de marchandises subventionnées au détriment du petit nombre de citoyens nécessiteux.
Faire peser sur les banques le fardeau de l’effondrement est une pure rançon. Les résidents et les expatriés ont profité des avantages qu’ils ont reçus en investissant de l’argent dans des bons du Trésor, sachant que les réserves bancaires ont toujours respecté les normes comptables internationales et que leurs bénéfices se sont rapprochés de 10 % de leurs fonds propres, qui reste le pourcentage le plus bas de la région arabe, ne dépasse pas 1% des actifs.
Pour votre information, les fonds nets distribués aux actionnaires représentaient entre 3% et 5% de la valeur de leurs apports, soit moins que ce que reçoivent les déposants ordinaires.
Les banques ont été un catalyseur de l’économie dans ses secteurs immobilier, commercial et industriel, à travers des prêts au logement et aux particuliers, et des prêts commerciaux et industriels qui dépassaient souvent le capital de ces mêmes entreprises, sans oublier les prêts des établissements d’enseignement et universitaires et institutions sociales, notant que les banques qui sont actuellement exposées à une campagne de dénigrement Il n’a jamais délaissé son rôle national, car il a réemployé la plupart de ses profits légitimes dans le cycle économique libanais.
Les banques se sont engagées à respecter et respectent toujours le droit des déposants d’obtenir leur épargne, et elles confirment qu’une fois que l’État aura rendu les fonds empruntés à la banque centrale, elles seront en mesure de restituer directement les droits à leurs propriétaires. Cependant, cela nécessite la formation d’un gouvernement scientifiquement homogène qui établit un plan rationnel et réalisable qui servira de base de négociation avec le Fonds monétaire international et permettra la libéralisation de l’aide et des investissements, en notant que cela reste l’un des axiomes du devoir du autorité politique. En bref, la crise politique, ainsi que les perturbations et le vide qu’elle a causés, restent la principale cause de la crise financière et bancaire au Liban.
Direction des médias et des relations publiques

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.

Répondre

Entrer votre commentaire
Votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.