3 minutes à lire

Réuni en la présence du Président du CPL Gébran Bassil, le bloc parlementaire Liban Fort a exprimé ses condoléances vis-à-vis des victimes de l’explosion du Port de Beyrouth et appelé à mener une enquête pénale stricte et transparente visant à déterminer les responsabilités administratives et les raisons de la présence de nitrate d’ammonium dans cette zone de la capitale.

Le CPL souligne la présence d’experts internationaux notamment français pour aider la justice libanaise pour mener l’enquête, appelant à la formation du Conseil Judiciaire, un préalable nécessaire pour mener « une enquête rapide, transparente et efficace qui ouvre la voie à des procès équitables. »

Le CPL dénonce préventivement « toute exclusion de l’enquête de tout responsable politique, administratif, judiciaire ou de sécurité lié aux causes ou circonstances de l’explosion depuis 2013 jusqu’à aujourd’hui », estimant qu’il s’agira alors « d’une remise en question de l’effacement des faits et de la définition des responsabilités. »

« L’explosion de Beyrouth a provoqué une catastrophe sans précédent dans sa taille et ses résultats. La priorité est maintenant de rassurer les gens sur la sécurité de leurs propriétés, et de faire tous les efforts nécessaires pour fournir les matériaux de construction de base, en particulier la ciment, le fer, le verre, l’aluminium et le bois pour restaurer les maisons et reconstruire ce qui est détruit. C’est la responsabilité de l’État avant tout. »

Il s’agit de mener « une étude complète des dommages et de la division des zones touchées en rues et en quartiers, chaque État étant chargé d’aider selon sa volonté de choisir ce qu’il souhaite restaurer et reconstruire, à condition que cela fasse partie d’un plan directeur unique élaboré par l’État libanais à travers ses institutions compétentes de la municipalité, du gouvernorat et de l’organisation civile »

Aussi le CPL appelle à une mise en œuvre stricte de la décision du Cabinet de déclarer l’état d’urgence dans la capitale afin d’éviter que les manifestations dégénèrent. Il rappelle que le gouvernement Diab a effectué « un certain nombre de réalisations que les gouvernements précédents n’ont pas réussi à remplir et n’ont pas assumé d’autres responsabilités requises par les situations exceptionnellement difficiles que traverse le pays. » Cependant, il s’agit désormais de mettre en place un gouvernement « productif et efficace qui concentre son attention sur la fourniture de solutions à toutes les crises qui traversent. »

Sur la solidarité, le CPL remercie la communauté internationale et la France notamment pour la conférence de Paris et le soutien des Etats Unis.

« Cela témoigne de la prise de conscience du monde de la catastrophe qui a frappé le Liban, de son ouverture et de sa réponse. Cela confirme que l’approche internationale des crises libanaises a bien eu lieu et oblige les Libanais à l’accompagner d’actions et à entreprendre des réformes.

Il s’agit non seulement de sécuriser les besoins humanitaires et médicaux, de reconstruire Beyrouth mais aussi d’entreprendre les réformes seules capables à sortir le Liban « de l’effondrement financier et des crises économiques et sociales ».

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.