Le président du syndicat des hôpitaux privés Sleiman Haroun a indiqué que 15 hôpitaux pourraient « s’effondrer financièrement », à l’issue d’une réunion avec le comité parlementaire de la santé et le président de l’ordre des médecins.

Selon Sleiman Haroun, des hôpitaux seraient ainsi dans l’obligation de fermer des services et de laisser partir certains de leurs employés. Cette situation, déjà présente en raison de la crise économique, a été depuis exacerbée par la crise liée à la pandémie du Coronavirus. Il a cependant noté que les hôpitaux ont également dû faire face aux dépenses liées à la préparation de certains de ces mêmes services à l’épidémie. Sleiman Haroun a également estimé à 25 000 le nombre de personnes impliquées dans le domaine médical.

Il faisait allusion aux retards de paiement des autorités publiques. Ainsi, l’état devrait la somme de 1.3 milliards de dollars aux hôpitaux privés, certaines factures remontant à plusieurs années.

Le Président de l’ordre des médecins Sharaf Abu Sharaf a souligné de son côté que les médecins sont en première ligne face à la pandémie et qu’il s’agit d’un minimum pour assurer la continuité du travail.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.