Moins d'une minute de lecture

Les opérations de secours se poursuivent à Mar Mikhael-Gemmayzeh, avec l’espoir de retrouver un survivant, 1 mois tout juste après le drame de l’explosion du port de Beyrouth.

Les opérations de secours avaient été momentanément interrompues hier soir dans l’attente d’une grue – qui a été finalement apportée sur l’initiative d’une représentante de la dite-société civile – suite au risque d’effondrement de ce qui reste de la structure. Elles ont été reprises vers 2h30 du matin. La grue a ainsi permis d’enlever de larges blocks de pierres et de ciments qui empêchaient les travaux de déblaiement à se poursuivre.

L’équipe de secours cynophile chilienne, qui avait été à la découverte d’une possible vie toujours présente sous les décombres grave à un de ses chiens, Flash, est toujours sur place aux côtés des équipes de la Défense Civile.

On indique que le toit de l’édifice a été totalement enlevé afin d’alléger la structure et que l’équipe chilienne serait en train de mettre en place de nouveaux mécanismes d’écoute des sons afin de déterminer, si oui ou non, comme hier, l’écoute d’une pulsation pouvait être confirmée.

Pour l’heure, le dernier rapport disponible semble indiqué une diminution des mouvements respiratoires de 18 par minute à 12 par minute.

Les lieux avaient été pourtant préalablement inspectés suite à l’explosion du 4 août par des équipes de la Défense Civile, la Croix Rouge Libanaise mais également des équipes de secours étrangères jusqu’à ce que l’équipe chilienne trouve ce qui pourrait s’avérer être des traces de vie.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français