Jihad C. FEGHALI ou la gouvernance de pleine conscience

Avec un bagage extrêmement riche, le nouveau Maire de Houmal, Jihad Camille FEGHALI bouscule la vision d’une gouvernance de proximité et envoie un faisceau de perspectives pour la commune, signant directement l’urgence d’une action immédiate, globale et innovante. 

Ses combats antérieurs sont multiples. De son bagage académique et de son expérience professionnelle à l’international, il en tire une géante boîte à outils, des compétences stratégiques, de l’expertise et une approche scientifique à la pointe de la modernité. Mais Jihad C. FEGHALI n’est pas de nature à se concentrer uniquement sur ses propres affaires. Ses engagements dans le domaine public, en France comme au Liban, son combat pour la paix, les responsabilités associatives où il met tant d’énergie traduisent bien son implication personnelle pour la construction d’une société paisible, équitable, citoyenne et ouverte.  

À peine élu début juin, il lance « La fête de la musique » le 21 juin. L’objectif est double : transposer des actions culturelles européennes sur la commune et donner aux talents locaux une scène d’expression encourageant leur créativité. A l’ère de la mondialisation, Houmal, cette petite commune de 3000 habitants, se raccroche ainsi au calendrier international des pays développés. 

Pour les habitants, le festival de Layali Houmal, fin juillet, est un rendez-vous annuel. Il leur donne, tant bien que mal selon le budget municipal et les subventions du Ministère de la Culture, une occasion festive. Ce juillet 2019 est un mois de vaches maigres. La trésorerie municipale souffre des retards de versements et une quelconque action culturelle semblait compromise. Mais les défis sont moteurs pour le nouveau maire. Il maîtrise la gestion de projet et décide sans hésiter d’honorer ce rendez-vous traditionnel. Il s’en saisit pour jeter sur la place publique un faisceau de valeurs et de données conceptuelles qui ambitionnent une transformation de taille : Placer l’humain au cœur de l’action municipale, adopter les valeurs universelles comme ligne de conduite et œuvrer pour un progrès économique durable sur la commune.

Un festival personnalisé et humanisé

 Pour la première fois les jeunes diplômés de la commune ont été appelés, publiquement félicités et honorés d’une distinction communale « Certificat de considération » qui rend hommage à leur mérite de collégiens, lycéens ou universitaires. Même les jeunes houmaliens résidants à l’étranger ont reçu, par famille interposée, cette considération communale, confirmant une volonté de rassembler les énergies dispersées. Contrairement aux excluants de toute sorte agissant dans le pays, le Maire croit aux convergences des compétences et à la synergie pour dynamiser la commune. Des 23 jeunes diplômés houmaliens, 4 sont issus d’universités prestigieuses d’Europe, du Canada ou des Etats-Unis ; une richesse supplémentaire et une opportunité pour l’avenir. Féru de diplômes et attaché à une éducation de qualité, Jihad C. FEGHALI a sans doute engagé une action dictée par une vision globale et systémique

La portée éducative traversant forcément les générations, pour la première fois, les enfants et les aînés ont eu leur part dans le programme du festival. Les premiers ont présenté une scène où l’on apprend le tri sélectif par le jeu de rôle et l’interactivité. Le public a applaudi et le ministre de l’environnement, parrain du festival, a filmé cette scène pédagogique, appuyant ainsi de telles initiatives pour la sensibilisation aux questions environnementales. Des démonstrations de danse et de taekwondo ont eu lieu en plus de la présence des jeunes scouts et de leurs défilés en fanfare sur le site et dans les rues du village. Les clubs de jeunesse avaient également leurs stands et les familles ont découvert des spécialistes de proximité pour les activités artistiques ou sportives de leurs enfants. La municipalité a ainsi mis en avant des structures des communes limitrophes agissant en faveur de l’enfance. Quelle bouffée d’air pour les parents !

D’autre part, la tranche des aînés fut honorée par une attention particulière symbolisée par une bouteille de vin de la maison Adyar, accompagnée d’une carte créée pour la circonstance. Le Maire les a cités un par un, 22 personnes ayant atteint les 90 ans et plus, tous dépositaires de l’Histoire de la commune et plus largement du Liban, notamment de l’époque d’avant-guerre et de la période sombre (1975-1990) qui a enflammé le pays. Pour certains, racontent l’histoire de leur profession en se rappelant leur période d’activité.  Jihad C. FEGHALI a présenté leur doyen, ancien haut fonctionnaire d’EDL, poète et polyvalent, comme tant de libanais. Le ton est donné : Pas de rupture générationnelle et les liens transversaux sont autant de défenses contre l’effondrement que la réussite professionnelle. Là aussi le message est clair et la vision globale.Qu’on s’en souvienne ! 

Des valeurs universelles et une vitrine pour les forces vives, associations et entreprises.

La dynamique enclenchée est exceptionnelle, foisonnante et multidirectionnelle. Jihad C. FEGHALI surfe avec aisance dans une organisation complexe et ramifiée. Il mobilise de la matière et donne du sens à son action. Facilitateur de liens, il fait croiser généreusement les savoir-faire, une façon de bâtir, par la connaissance et les compétences. Des stands associatifs, aux expositions artisanales, aux espaces entreprises, le retour d’expérience est très encourageant et prometteur. Après le festival, des demandes de participation sont formulées pour l’édition 2020. En invitant les acteurs dynamiques du monde culturel et socio-économique, le maire les a assurés de son soutien et répondu à une demande sourde et latente d’une population en soif de découvertes. Plus de 2000 visiteurs chaque soir ont couvert un parterre allant de la place de l’Eglise à la place de la municipalité, débordant longuement sur la rue principale. La vue est impressionnante, dépaysante et très fraternelle. Une belle paix a jeté son voile sur une population toute mélangée, sans distinction de nationalité, de religion ou d’appartenance politique. Le maire, défenseur des droits de l’homme et militant dans la société civile pour les valeurs universelles, a décidé que le festival sera sans feu d’artifice. L’arbitrage, inhabituel, a surpris les uns, conforté les autres mais surtout imprimé la couleur de la nouvelle gouvernance : Paisibilité, sérénité et adoucissement des mœurs !

Chansons et danse orientale pour un divertissement garanti.

La soirée artistique avec Ziad Khoury a été un moment de bonheur ! Ce jeune chanteur, une étoile montante, primé, occupant une place de choix dans le cœur des libanais, s’est produit avec une troupe de douze musiciens et choristes. Il a enflammé le parterre (1500 pers.) avec un enchaînement généreux, en symbiose avec un public conquis qui lui répondait sollicitation après sollicitation, tenu par cette voix exceptionnelle jusqu’à minuit. A le regarder se produire ainsi, avec le visage radieux, sa silhouette fine, la voix puissante et le timbre singulier, je me suis souvenue des débuts de certaines grandes vedettes qui, dès les premières chansons, étaient promises à la célébrité. Lui, qui est déjà célèbre, reviendra sans doute à Houmal qui l’a tant applaudi ! 

Si Ziad Khoury a été la vedette du festival, le programme artistique, innové avec plusieurs shows de son et lumière, a comporté également une talentueuse danseuse orientale, Miramar, et un chanteur, Maher AJAMI qui a su chauffer un public venu pour se divertir et profiter de la fête. Pas loin de mille personnes ont suivi le rythme de ses chansons, lui rendant les refrains en chœur. La municipalité, transformée en ruche durant deux semaines, a tenu à ce que le divertissement reste pour les visiteurs, le point culminant de la soirée. Les vacances sont bien là !

Des appuis politiques solides

Le nouveau Maire de Houmal porte une foule de projets pour la commune. De nombreux jalons sont tracés d’ores et déjà et le festival a été l’occasion de mettre certains en lumière. Le président de l’Union culturelle libanaise mondiale-France (ULCMF), Mr Moussa GHANEM, a rendu un hommage appuyé à Jihad C. FEGHALI, l’assurant de son amitié et de sa coopération.  Il a mis en perspective un échange avec une commune française afin que le Liban rayonne davantage à l’étranger et que Houmal s’ouvre aux pratiques européennes dans différents domaines. De nombreux maires et personnalités ont assisté au festival. De son côté, le député de la région et ex-ministre, Mr César ABI KHALIL, est passé la veille s’entretenir avec le maire et s’enquérir des préparatifs. Sa présence à la soirée avec le ministre de l’environnement, Mr Fadi JRAYSSATI, parrain du festival, disent clairement l’appui politique dont bénéficiera la commune.  Accompagnés du maire, le député et le ministre ont fait le tour des stands. Pas loin d’une cinquantaine de participants entre entreprises, associations et artisans ont pu échanger sur leur activité. Jihad C. FEGHALI étudie le tracé d’un chemin de marche pour les habitants jalonné de panneaux d’information sur les données environnementales, il a en projet le recensement des arbres afin d’en déterminer les espèces et l’âge et en protéger les plus anciens. D’autres actions notamment de prévention et d’éducation sont dans les tiroirs.Les appuis politiques généreusement affichés sont un sérieux indicateur de confiance. Avec le temps et le travail acharné, ils sont sans nul doute de bons alliés pour réaliser des projets aboutis.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.