La crise politique, suite à l’incident de Qabr Chamoun fin juin dernier, s’est encore aggravée hier avec, d’une part un communiqué de l’ambassade américaine considérée comme soutenant le dirigeant druze Walid Joumblatt, la riposte de Gébran Bassil aux propos de Waël Abou Faour et jours l’échec de toute tentative visant à permettre la réactivation des instances gouvernementales.

Ces informations interviennent alors que circulent des copies d’écran des messages envoyés par WhatsApp aux manifestants du PSP impliqués dans l’incident. Ces derniers semblent montrer l’implication de hauts responsables du PSP et le fait, qu’en réalité, il s’agissait du Ministre des Affaires Etrangères, Gébran Bassil, qui était visé dans ce qui semble être une attaque préméditée et non son homologue Saleh Gharib en charge de la question des réfugiés syriens et qui était venu à sa rencontre le 30 juin dernier.

Nabih Berri met en garde contre toute détérioration de la situation économique et suspend son initiative pour réconcilier PSP et PDL

Le Président de la Chambre, Nabih Berri, a mis en garde contre toute détérioration de la situation économique, appelant les partis politiques à la raison. Il s’est déclaré en faveur d’un accord entre toutes les parties prenantes. Ces propos font suite à l’absence de toute réunion du cabinet gouvernemental depuis la fusillade Qabr Chamoun.

Abordant le sujet de son initiative, Nabih Berri a indiqué la suspendre pour le moment.

Il a, de fait, appelé à une réconciliation totale et compréhensive mais également à la stabilité politique, séculaire et financière. S’adressant aux partis politiques, il a estimé que ces derniers devraient adopté une attitude plus consciente et sage face aux situations inquiétantes que traverse le pays.

Pour rappel, certaines informations font part de l’inquiétude des pays donateurs de CEDRE par rapport à l’incident. Ces pays et organisations donatrices considèrent ainsi désormais que le programme d’aide économique pourrait être mis en danger si l’action gouvernementale continue à être paralysée.

Gébran Bassil répond au PSP et aux Forces Libanaises, les décrivant comme des milices

À l’occasion de la commémoration du 7 août 2001 ou de nombreux sympathisants du Général Aoun avaient été arrêté et sur les lieux du futur siège du Courant Patriotique Libre (CPL) à Nahr Kalb, le Président du CPL s’en est vivement pris au PSP et aux forces libanaises, rappelant leurs rôles respectifs durant la guerre civile et les décrivant comme des milices contre l’état.

Pour rappel, le Ministre de l’industrie avait accusé Gébran Bassil d’être à l’origine de l’incident de Qabr Chamoun, comme étant la conséquence immédiate de la visite du Président du Courant Patriotique Libre (CPL) dans le Chouf.

« Ils ont construit leurs châteaux avec de l’argent d’extorsion et de l’argent de l’État et en vendant des armes et de la drogue et pourtant ils nous accusent de corruption. (…) Les milices sont toujours liées aux forces étrangères, elles se rassemblent et s’allient contre l’État et ont toujours recours aux agences de renseignement et aux ambassades« , a déclaré Gébran Bassil, faisant ainsi allusion au communiqué de l’ambassade US.

« Nous ne permettrons pas un problème druze-chrétien dans le mont. Liban et nous travaillons sans relâche pour un partenariat et nous ne reculerons pas, peu importe les mensonges qu’ils répandent« , a indiqué le Président du CPL, rappelant qu’une attaque contre des ministres et des députés s’est déroulée lors de l’incident de Qabr Chamoun.
Selon lui, les faits sont clairs et « aucune justice militaire, judiciaire ou pénale ne pourra les laisser s’échapper« .

Répondant aux propos du Ministre de l’industrie Waël Abou Faour qui avait estimé que la visite du Gébran Bassil au Chouf était à l’origine de l’incident, ce dernier a déclaré qu’il ne prendra « la permission de personne pour entrer dans nos maisons au Mont Liban et nous ne tolérerons pas la présence de fiefs féodaux.

Le CPL dénonce l’ingérence américaine dans les affaires judiciaires libanaises

Le député Hikmat Dib a également répondu au communiqué de l’ambassade américaine qui avait appelé à la fin des ingérence politiques dans le dossier de la fusillade Qabr Chamoun. L’Ambassade Américaine semblait ainsi répondre à l’appel à l’aide du dirigeant druze Walid Joumblatt qui avait reçu un certain nombre d’ambassadeurs en sa résidence Beyrouthine.

Pour rappel, Walid Joumblatt avait ainsi accusé directement la Présidence de la République de vouloir l’isoler, recherchant désormais des protections de puissances étrangères, indiquent certaines sources. Il aurait ainsi rencontré plusieurs ambassadeurs étrangers à sa résidence Beyrouthine pour évoquer avec eux, les conséquences de l’affaire. Devant eux, il aurait également accusé le Hezbollah d’être à l’origine du blocage institutionnel, suite à sa campagne contre Damas. 

Selon le député Hikmat Dib, « l’ingérence de l’ambassade américaine dans l’incident de Qabrshmoun vise à protéger un certain camp ». Il a également estimé que ce communiqué ne nuirait pas au cours de la justice

Le gouvernement toujours divisé en 2 camps

Pour sa part, le gouvernement libanais est toujours divisé en 2 camps, l’un en faveur du déferrement du dossier de la fusillade au Conseil Judiciaire – il s’agit du Parti Démocratique Libre auquel appartient le ministre Saleh Gharib, du CPL et du Hezbollah -, et l’autre qui y est défavorable et qui compte dans ses rangs, outre le PSP, les Forces Libanaises, Amal et le Courant du Futur.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.