César Nammour, ancien industriel et collectionneur d’art choisit de transformer des usines désaffectées depuis vingt ans en lieu de conservation de la mémoire et du patrimoine artistique libanais.

C’est ce qu’il a envie de laisser et de transmettre, cette passion pour l’art du pays. Nammour avait ouvert la Contact Art Gallery à Hamra en 1972 avant-guerre, pour la refermer quelques années plus tard, en 1978. Il contribua également longtemps dans le supplément culturel du Nahar, autour de la peinture et la sculpture. A plus de soixante dix ans, il décide de partager sa passion avec le public. MACAM ouvre ses portes à Alita sur les hauteurs de Qartaba, un pari également quant à la décentralisation de la culture. L’espace : 4000 m2 à l’intérieur et 20 000 m2 de terrain, permet d’accueillir quelques 450 pièces collectées depuis les années 50 jusqu’à ce jour aussi bien que des installations plus récentes.

Trois grandes lignes conductrices sont à l’origine de la stratégie de ce musée : l’archivage et la documentation, l’éducation et l’exposition et la préservation de l’art. On y découvre la grande productivité et le rayonnement des artistes d’avant-guerre et les talents plus récents. Déambuler dans ces pièces classées par matériau : pierre, bronze, métal, bois, est une déambulation dans l’histoire artistique et sociale du pays. Zaven Hadichian, Raffi Tokatelian, Raffi Yedalian, Ginane Bacho, Nour Kouri, Wajih Nahle, Nada Raad, Boulos Richa, Mario Saba et Ghassan Saba, Rudy Rahmé, etc.

Lire la suite dans

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article précédentAutre foi, pour une fois
Article suivantLiban/tourisme: skier à Kfardebian
Avatar
Consultante et journaliste, avec une prédilection pour l’économie créative et digitale, l’entrepreneuriat social, le développement durable, l’innovation scientifique et écologique, l’édition, les medias et la communication, le patrimoine, l’art et la culture. Economiste de formation, IEP Paris ; anciennement banquière d’affaires (fusions et acquisitions, Paris, Beyrouth), son activité de consulting est surtout orientée à faire le lien entre l’idée et sa réalisation, le créatif et le socio-économique; l’Est et l’Ouest. Animée par l’humain, la curiosité du monde. Habitée par l’écriture, la littérature, la créativité et la nature. Le Liban, tout ce qui y brasse et inspire, irrigue ses écrits. Ses rubriques de Bloggeur dans l’Agenda Culturel et dans Mondoblog-RFI ainsi que ses contributions dans différentes publications - l’Orient le Jour, l’Officiel Levant, l’Orient Littéraire, Papers of Dialogue, World Environment, etc - et ses textes plus littéraires et intimistes disent le pays sous une forme ou une autre. Son texte La Vierge Noire de Montserrat a été primé au concours de nouvelles du Forum Femmes Méditerranée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.