La plaine du Akkar. Crédit Photo: François el Bacha pour Libnanews.com. Tous droits réservés.
La plaine du Akkar. Crédit Photo: François el Bacha pour Libnanews.com. Tous droits réservés.

Quelques jours après qu’une patrouille de l’Armée Libanaise ait été prise pour cible par des contrebandiers à Martaba, à proximité de la frontière Syro-Libanaise, le quotidien Al Joumhouria publie une information préoccupante au sujet de l’infiltration de combattants de Daesh et d’Al Nosra vers le Liban.

Egalement, des ressortissants syriens ayant le long service militaire ou coupables de crimes tenteraient également de passer au Liban.

Ces tentatives, qui seraient quotidiennes, seraient effectuées avec l’aide de contrebandiers présents de part et d’autre de la frontière.

Certaines de ces personnes proviendraient de la province d’Idlib toujours sous contrôle rebel et se seraient positionnés à Wadi Khaled dans le caza du Akkar au Nord Liban. Plusieurs d’entre eux auraient été arrêtées par les Forces de Sécurité Libanaises. Cependant, les autorités, toujours selon le quotidien, s’inquiètent, estimant qu’il pourrait s’agir d’une tentative pour mener une série d’actes terroristes visant à destabiliser le Liban.

Pour rappel, la région de Wadi Khaled – dont beaucoup d’habitants d’origine syrienne ont été naturalisés en 1994 – a constitué une base arrière aux groupes rebelles agissant dans les provinces de Homs et de Hama en Syrie au début de la guerre civile syrienne.

Les organisations terroristes de Daesh et d’Al Nosra ont contrôlé une partie du territoire libanais, notamment dans la région d’Aarsal dans le caza de Baalbeck Hermel suite à une opération militaire en aout 2014. Ils avaient alors pris en otage un certain nombre de militaires et de membres de forces de sécurité libanaises. 4 militaires avaient été rapidement exécutés par les 2 organisations. 

Ces organisations visaient à utiliser cette zone pour mener une série d’attaques terroristes visant à destabiliser le Liban en créant des troubles d’ordre communautaires.

Les 16 soldats aux mains d’Al Nosra ont fini par être relâchés en 2015.

Restaient 9 membres de l’Armée Libanaise aux mains de Daesh.

En aout 2017, après qu’une opération du Hezbollah ait permis de déloger Al Nosra, l’Armée Libanaise lance l’opération Aube du Jurd qui vise à reprendre le contrôle de la zone à Daesh.

Cette opération militaire qui a par ailleurs fait 7 morts, avait permis la découverte des 9 dépouilles des militaires libanaise. Cette découverte a provoqué une vive politique au Liban, le responsable de la Sureté Générale Abbas Ibrahim ayant révélé que les autorités gouvernementales avait été informées du décès probable des 9 militaires depuis février 2015.

Ces propos ont été confirmé par le Premier Ministre Saad Hariri qui avait indiqué que l’opération Aube du Jurd avait été remise depuis 2015 en raison de calculs politiques.

De son côté, le Président de la République Michel Aoun avait appelé au lancement d’une commission d’enquête pour faire la lumière sur les circonstances ayant amené au fiasco institutionnel qui a abouti à ces assassinats.

Pour l’heure, cette enquête n’a toujours pas eu lieu …

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.