Le débat en cours depuis un certain nombre d’années sur l’identification de l’antisionisme à l’antisémitisme évite de de plus en plus de poser la question palestinienne.

On remarquera qu’avec l’affaire récente autour de l’agression de Finkielkraut, cette question est maintenant quasiment évacuée et n’a été évoquée que par des militants ou penseurs juifs anti ou non sionistes, ou membres de l’Union juive française pour la paix, quand on veut bien leur donner la parole. Les lobbyistes prosionistes, juifs ou non juifs, se prétendant pour la paix ou non, les journalistes mainstream, ont réussi enfin à évacuer la question palestinienne.

La question du sionisme est posée en soi et pour soi, à l’instar d’une question métaphysique, sans aucun lien avec le réel, fardeau que subira, dès sa conception, le peuple palestinien dans sa chair, sa mémoire, son avenir historique

C’est dire combien le rouleau compresseur de l’État d’Israël est efficace, lui qui cherche systématiquement à effacer la réalité du peuple palestinien. De l’idée de deux États à un État croupion, puis d’un État croupion à un État gruyère de plus en plus exsangue, à aujourd’hui, l’affirmation de l’extrême droite israélienne sous la botte de Netanyahou et de ses acolytes selon laquelle l’existence même d’un État palestinien, où qu’il puisse être, est un danger existentiel pour Israël.

La boucle serait ainsi bouclée, ou de soumission en renonciation, aussi bien en Occident – où  l’antisionisme est maintenant assimilé à l’antisémitisme car il nierait l’existence le droit à l’existence de l’État d’Israël, quelque soit telle ou telle proclamation, de bonne foi ou non- qu’au Moyen-Orient où tout l’existence d’un État palestinien devient une négation d’Israël.

Le ver était déjà dans le fruit

Le sionisme, en tant que porteur d’un projet de création d’un État juif, s’est constitué selon le principe de se réaliser sur une terre sans peuple. En cela, bien avant tout processus de réalisation pratique, il définit, symboliquement, le génocide annoncé. Cette terre, où qu’elle puisse être, n’est pas sans peuple, fût-elle dans le désert. Encore moins en Palestine, carrefour de civilisations illustres depuis bien des millénaires.

Les fondateurs du sionisme, comme leurs commanditaires et inspirateurs britanniques, savaient pertinemment leur assertion fausse. Sa réalisation en tant que projet signifiait dès lors clairement le sens que cette négation du peuple habitant cette terre portait en elle. Ils n’étaient ni ignorants, ni idiots, ni aveugles, rendons leur cet hommage. La réalisation de cette assertion ne pouvait donc être que génocidaire. Ils le savaient.

Ce génocide annoncé, pour symbolique qu’il puisse être, depuis sa naissance, est à l’œuvre, lentement et d’autant plus sûrement, dès la création des premières colonies juives européennes venues s’installer en Palestine. Nombre de témoignages proclamant la nécessité de chasser les palestiniens de leur terre existent aussi bien dans ces colonies que parmi les dirigeants sionistes en Europe qui œuvrent à ce projet. Cette nécessité est perpétuée par les fondateurs de L’État d’Israël et est tout autant mise en pratique.

La mise en pratique d’un génocide annoncé

Ces pionniers n’ont eu de cesse de grignoter année après année, les terres palestiniennes, multipliant et étendant les colonies. La naissance de l’État d’Israël, avec l’assassinat du représentant de l’ONU, le comte Bernadotte, est signée par une première expropriation massive de terres palestiniennes. L’État d’Israël de 1948 est déjà plus important que le plan de partage défini par l’ONU. Cet acte est bien symbolique de sa nature expropriatrice et génocidaire en tant qu’il s’est réalisé simultanément par des massacres et des nettoyages ethniques  encouragés pour certains, planifiés pour d’autres.

L’État d’Israël n’a jamais cessé, dans la logique de son projet fondateur, dès les premières colonies, puis dès sa naissance, de grignoter la Palestine, d’étouffer, d’une manière ou d’une autre, le peuple palestinien, malgré tous les aléas de l’histoire, toutes les professions de foi, toutes les auto menaces prétendument existentielles.

Vers une nécessaire désionisation de l’État d’Israël

Le processus génocidaire en cours du peuple palestinien ne définit pas uniquement le sionisme. Eretz Israël ne se réduit pas à la Palestine historique, mais englobe les régions alentours. Pour en avoir le cœur net, et pour les septiques et autres niais ou thuriféraires au service de l’État d’Israël, il suffit de faire une simple recherche sur internet pour constater le contenu réel d’Eretz Israël.

L’obsession systématique de l’État d’Israël d’être identifié aux juifs du monde entier, de faire identifier l’antisionisme à l’antisémitisme, comme de se définir maintenant comme un État juif légalement, participent du même projet génocidaire du peuple palestinien et de la mise sous tutelle du Proche et Moyen-Orient.

Une paix fondée sur la justice, les résolutions de l’ONU, la reconnaissance effective des droits de chaque peuple, Israélien comme palestinien, passera nécessairement, à terme, par la désionisation de l’État d’Israël, quelque soient les méandres de l’histoire ou de ceux qu’on voudrait forger ou emprunter.

Un État d’Israël, apaisé, au service de tous ses citoyens, juifs et non juifs, en paix définitivement avec lui-même et ceux qui l’entourent, devra rompre avec le principe qui l’a fondé. C’est cela son véritable danger existentiel. C’est de cela qu’il a peur et c’est pour cette raison qu’il ne peut se regarder en face. Cela l’entraîne inexorablement dans un gouffre sans fond, pour le grand malheur du peuple palestinien comme des valeurs historiques du judaïsme et des communautés juives embrigadées et prises en otage dans cette sinistre chevauchée, organisant la déstabilisation régulière du Proche et Moyen-Orient, et engageant dans cette dynamique infernale ses alliés, complices passifs ou actifs par lâcheté, paresse intellectuelle ou conviction très intéressée.

Scandre Hachem

* Il est inutile d’alourdir cet article de citations des dirigeants sionistes qui corroborent abondamment et totalement cet objectif. Il suffit d’une recherche rapide sur internet.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.