Elles sont jeunes, elles symbolisent la génération de créatifs d’aujourd’hui, nomades, ouverts sur le monde,  digitaux, légers, engagés. Les deux sœurs Rima et Elise Yaacoub, franco-libanaises ont créé avec un ami serial entrepreneur, Bruno Weitzmann,  un family business, MAD ie Music Art Design,  qui n’a rien de traditionnel mais qui a un air de famille, joyeuse,  et qui se situe à la jonction de la nouvelle économie et de l’art, du Liban et de la France ; avec une ambition géographique large, à la mesure de celle de la jeunesse du monde d’aujourd’hui.  MAD dont l’adresse web est www.howmadareyou.com, ie comment oserais tu est une plateforme digitale collaborative multiservices à l’adresse des artistes et créatifs. Capitalisant sur la puissance des réseaux sociaux mais aussi sur celle des réseaux réels,  MAD offre à des talents prometteurs choisis et référencés sur la plateforme, un accompagnement dans leurs démarches de promotion et de financement, essentiellement via le crowdfunding mais aussi le sponsoring et collaborations diverses.

Venant elles-mêmes du monde du terrain et du marketing, fondatrices de Createmotions, une société d’externalisation marketing,  les sœurs Yaacoub ont développé un concept hybride pour talents hybrides, ou pas, néanmoins aboutis ; qui leur permettra d’interagir avec leur public et leur apprendra comment devenir des «influenceurs», notamment en les mettant en relation avec des marques dont ils pourraient servir la stratégie marketing. Les talents visés incluent les chanteurs, compositeurs, musiciens, DJs ; les  photographes, réalisateurs, illustrateurs, peintres ; les danseurs, les écrivains, les designers de bijoux, de mode, de produits…  Par « talents aboutis », Rima Yaacoub entend des artistes qui ont déjà leur univers artistique, une certaine épaisseur et également un potentiel de développement international. MAD se propose de créer une communauté autour de ces talents, qui comprend les supporters, les followers et les amis ainsi que les marques pour lesquels ces artistes feront office d’ambassadeurs. Les médias, les galeristes, à titre d’exemple,  font aussi partie de cette communauté au cœur large qui accueille tout autant les artistes pluridisciplinaires qui ne s’inscrivent pas nécessairement dans les circuits classiques de distribution. Les frontières s’estompent chez MAD y compris sur le plan géographique ; la start up souhaite faire rayonner les talents référencés au delà de leur environnement local.

C’est grâce à  ce business model innovant que la plateforme a été sélectionnée pour faire partie du Cargo, l’incubateur parisien qui se veut un centre d’émergence et d’accélération de jeunes entreprises opérant dans le  contenu numérique et les industries créatives. La plateforme avait été pré-incubée à Paris Pionnières, spécialisé dans l’accompagnement des projets de femmes entrepreneurs. Elle est soutenue financièrement par un réseau d’investisseurs angel libanais,Seeders ; IM Capital, une émanation de Berytech et iSME de Kafalat ainsi que par des investisseurs privés.  Les sœurs Yaacoub jonglent ainsi entre Paris et Beyrouth créant par la même occasion des collaborations et des ponts entre les deux capitales, soutenant via MAD différents projets, tels que:  Boshies designer de tarbouches; Antonio Manzoni, tailleur pour homme; Louise Elizeon, marque de prêt à porter féminin – par des anciennes d’ESMOD – La Tulipe Noire, marque design de casques moto ; Boo, In the Dead of Night, livre de chevet plus plus ; Das Pampas festival de musique en argentine ; Ouzville, projet  collaboratif de street art à  Ouzai, Beyrouth, etc. Des «dénicheurs de talents»  dans les differents coins du globe contribuent à alimenter la communauté MAD.

La société organise également des MAD sessions, de grands évènements, un tous les deux mois à  Paris et deux par an à Beyrouth. Ces grands messes sont l’occasion de faire émerger de nouveaux talents et de  permettre aux artistes sélectionnés de rencontrer leur public ainsi que des partenaires et soutiens potentiels. La plateforme rapproche les talents entre eux aussi. Elle met à  disposition de ceux-ci, une boutique en ligne, sur laquelle ils peuvent vendre leur production, et contribue  à leur promotion directement en créant elle-même du contenu éditorial : vidéos, blogs, etc.

Cette offre multiple de services par un collectif d’experts et ce cadre de proximité vise à donner aux artistes une plus grande liberté, en leur évitant de se plier aux impératifs commerciaux  des industries de masse et de l’intermédiation traditionnelle qui risque souvent de les pousser à dénaturer l’essence de leur travail. Ainsi, les trois mousquetaires MAD visent-ils le décloisonnement des industries créatives. Dans l’art et l’entrepreneuriat, l’audace a le vent en poupe.  La créativité bien pensée de MAD est pleine de promesses.

Bruno Weitzman : serial entrepreneur, tech, moteurs de recherche Producteur tele : BFM Business  En quete d’appart.

Article paru dans l’Officiel Levant, avec l’aimable autorisation de son auteur

Article précédentLiban: Fusillade dans un quartier de Beyrouth, 3 morts et plusieurs blessés
Article suivantPatrimoine humain abandonné !?
Consultante et journaliste, avec une prédilection pour l’économie créative et digitale, l’entrepreneuriat social, le développement durable, l’innovation scientifique et écologique, l’édition, les medias et la communication, le patrimoine, l’art et la culture. Economiste de formation, IEP Paris ; anciennement banquière d’affaires (fusions et acquisitions, Paris, Beyrouth), son activité de consulting est surtout orientée à faire le lien entre l’idée et sa réalisation, le créatif et le socio-économique; l’Est et l’Ouest. Animée par l’humain, la curiosité du monde. Habitée par l’écriture, la littérature, la créativité et la nature. Le Liban, tout ce qui y brasse et inspire, irrigue ses écrits. Ses rubriques de Bloggeur dans l’Agenda Culturel et dans Mondoblog-RFI ainsi que ses contributions dans différentes publications - l’Orient le Jour, l’Officiel Levant, l’Orient Littéraire, Papers of Dialogue, World Environment, etc - et ses textes plus littéraires et intimistes disent le pays sous une forme ou une autre. Son texte La Vierge Noire de Montserrat a été primé au concours de nouvelles du Forum Femmes Méditerranée.