Le Palais de Justice de la ville de Beyrouth.
Le Palais de Justice de la ville de Beyrouth.
Moins d'une minute de lecture

Le candidat indépendant, Melhem Khalaf, a été élu à la tête du barreau de Beyrouth, battant ainsi ses adversaires qui étaient, pour leurs parts, soutenus par les partis politiques.

Alors que le candidat du CPL s’était précédemment retiré “en raison de la situation générale au Liban”, avait-il indiqué, restaient en lice Melhem Khalaf, Pierre Hanna, Saadeddine al-Khatib, Nader Kaspar et Ibrahim Musallem.

Il s’agit des premières élections syndicales importantes depuis le début du mouvement de protestations qui visent les principaux partis politiques au Liban et qui a débuté dans la nuit du 17 au 18 octobre. Les protestataires accusent la classe politique actuelle de corruption et d’avoir mené le Liban vers la quasi-faillite.

Plusieurs affaires judiciaires ont ainsi été lancées depuis le début du mouvement, avec des mises en examen et des interrogatoires visant certains anciens responsables politiques dont 2 anciens premiers ministres.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.