Des sources proches de l’Haute-autorité du pétrole ont indiqué au quotidien The Daily Star qu’aucun résultat concernant les forages qui ont débuté ce jeudi ne seront valides avant 4 mois. Il s’agira de déterminer si pétrole ou gaz se trouvent au large des côtes libanaises et de déterminer s’il s’agit de quantités techniquement et commercialement exploitables.

Ces propos interviennent alors que le navire Tungsten Explorer affrété par la compagnie Total a débuté l’exploration du bloc 4 ce jeudi 27 février.

Selon le quotidien, 40 à 50 jours sont nécessaire pour terminer l’exploration du bloc 4, qui couvre une surface de 1 800 km^2. Aussi, seule une zone de 50 à 60 kilomètres carrés sont couverts par forage. Il s’agira ensuite de recueillir les données nécessaires à l’étude, avant de publier les résultats, 2 ou 3 mois après.

Seulement si les résultats de ces forages exploratoires s’avèrent positifs, le Liban pourra demander aux compagnies du consortium de poursuivre leurs tâches. Seulement après confirmation de présence de gaz et de pétrole en quantité exploitable, le développement du champ pétrolier pourra commencer, ce qui ne pourrait intervenir avant 7 ans, le temps de mettre en place les infrastructures nécessaires.

Pour rappel, le consortium formé par Total, ENI et Novatek, ont remporté l’appel d’offre pour l’exploration et l’exploitation des blocs 4 et 9 en janvier 2018.

Ces propos interviennent alors que les autorités libanaises, actuellement confrontées à une grave crise économique, estimant que l’entrée dans le club pétrolier pourrait permettre de résoudre la situation économique et financière à laquelle ils sont confrontés.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.