Le député druze Walid Joumblatt a fait savoir son opposition à la loi électorale actuellement en étude et l’adoption de la proportionnelle.

Cependant quelques interrogations devraient lui être adressées, puisqu’il considère le suffrage proportionnel comme étant « contre les intérêts de l’électorat druze ».

Est-ce que la prochaine loi électorale doit considérer les intérêts d’une seule communauté, en occurrence la communauté druze ou les intérêts de toutes les communautés qui par la nature du Liban, sont toutes des minorités, plus particulièrement alors que la situation géopolitique et les changements régionaux, notamment en Syrie plaident en faveur de la remise en cause des avantages acquis? Est-ce que les principes de la proportionnelle renforcent-ils la démocratie libanaise avec l’expression de toutes les minorités et non d’une seule ou doit-on au contraire permettre à une communauté de jouir de certains pouvoirs aux détriments des autres communautés? En d’autres termes, est-ce que l’exception de l’expression démocratique dans une certaine région ou d’une certaine minorité doit se faire contre l’expression démocratique des autres régions ou des autres minorités?

Des exceptions ont été mises en place en faveur de la communauté druze depuis la fin de la guerre civile jusqu’en 2009 pour le Mont-Liban avec l’adoption du Caza en lieu et place du Mohafazat. Peut-on poursuivre ces exceptions démentant l’égalité constitutionnelle stipulant l’égalité entre libanais ou au contraire renforcer la coopération entre les différentes communautés face aux dangers à venir?

Est-ce que l’adoption du suffrage proportionnel, ne permet-il pas l’expression par le vote, donc par la démocratie, de toutes les tendances politiques y compris les plus extrémistes, ce qui ne fait que les faire rentrer dans le jeu démocratique au lieu de les voir recourir aux armes? Est-ce que ce mode démocratique ne permet-il pas le reflet de la diversité des opinions locales et donc un meilleur fonctionnement démocratique qui va au delà des simples calculs des appareils des partis politiques libanais sectaires?

A ces questions, le député druze fait fi des principes mêmes de l’expression démocratique en faveur des intérêts propres de sa propre communauté. Mais l’intérêt général ne doit-il pas être plus important que celui de telle ou telle secte religieuse?

Comments are closed.