Moins d'une minute de lecture

Le président de la Commission de contrôle bancaire du Liban, Samir Hammoud, a accusé toutes les banques libanaises, et non seulement cinq d’entre elles comme l’avait d’abord indiqué le président de la Chambre des Députés Nabih Berri, après les évènements du 17 octobre 2019, d’être impliqués dans le transfert de fonds à l’étranger.

Pour rappel, le Président de la Chambre avait accusé 5 actionnaires d’établissements bancaires d’avoir transféré un total de 2,3 milliards de dollars en Suisse

Pour rappel

Selon nos informations, l’ensemble des banques libanaises, pas seulement cinq d’entre elles, ont envoyé des fonds équivalents à ce montant aux banques suisses entre le 17 octobre 2019 et le 10 janvier 2020

Samir Hammoud rappelle que la Commission de contrôle bancaire n’a pour l’heure aucun droit à connaitre les noms des bénéficiaires de ces transactions.

Ces transferts sont intervenus alors que les banques libanaises étaient fermées entre le 17 octobre et le 1er novembre, puis alors qu’un contrôle des capitaux avait été mis en oeuvre sur décision de l’Association des Banques du Liban (ABL). Cependant, les résultats préliminaires des enquêtes indiquent que certaines personnes ont pu bénéficier de ces transferts contrairement à l’immense majorité de la population, confrontée quant à elle, à des mesures de limitation de retraits ou à l’interdiction d’effectuer des virements à l’étranger.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.