Le Républicain Donald Trump a gagné les élections présidentielles américaines face à la Démocrate Hillary Clinton en dépit d’un échec annoncé par les instituts de sondage.


Election Américaine Trump
Election Américaine Trump

Le Républicain a ainsi gagné plusieurs états clés ou « swing states », dont la Floride, l’Arizona, le New Hampshire et la Pennsylvanie, alors que sa rivale s’impose au Nevada et en Californie.

Pour rappel, les élections présidentielles américaines se déroulent indirectement avec l’élection de grands électeurs qui se prononcent en faveur d’une ou d’une autre personnalité. Toutes les voix d’un état se basculent en faveur du parti majoritaire quelque soit la différence du nombre de voix. Il s’agit d’un scrutin majoritaire à un tour. Il suffit ainsi de 270 grands électeurs sur 538 pour gagner les élections présidentielles américaines.

Sur un plan national, Donald Trump recueille 48% des suffrages contre 47% à sa rivale, démenti également singlant pour les instituts de sondage dont certains accordaient jusqu’à 5 points d’avance à Hillary Clinton à la veille du scrutin présidentiel américain. Le recours à un système de Grands Electeurs perturbe souvent le processus électoral, puisqu’il suffit de gagner des états et non des voix sur un plan national pour devenir Président des USA. Ainsi, même en étant devancé sur un plan populaire par le Vice-Président Gore, Georges Bush avait remporté les élections controversées de novembre 2000.

Aux côtés de Donald Trump, désormais Président, se trouve Mike Pence, Vice-Président des USA, gouverneur actuel de l’Indiana et connaisseur émérite des rouages de la capitale américaine. Il est en effet un ancien élu à la Chambre des représentants (2001-2013) et ex-président de la conférence du Parti républicain, une haute fonction d’appareil (2009-2011). Il apporte à Donald Trump, une expertise politique sur laquelle il pourra s’appuyer.

Les Républicains emportent également le Sénat et conservent la Chambre des Représentants.

De nombreuses polémiques ont émaillé la campagne électorale américaine d’une part comme d’autres avec les propos considérés par beaucoup comme sexistes ou racistes de Donald Trump ou l’enquête lancée par le FBI et les révélations de Wikileaks à l’encontre d’Hillary Clinton.

Donald Trump dénonçait également le parti pris de nombreux médias à son encontre et comme le suggèrent certains courriels révélés par Wikileaks, ces craintes étaient fondées par la remise par le Parti Démocrate d’une série de question à poser au candidat républicain lors des débats présidentiels tenus sur la chaine CNN.

De son côté, la candidate Démocrate Hillary Clinton n’aura également pas eu une campagne de tout repos, alors la suite des révélations de Wikileaks et l’enquête du FBI sur l’hébergement de courriel sur un serveur privé non sécurisé alors qu’elle était Secrétaire d’Etats aux Affaires Etrangères. Elle n’aura été libéré de ce calvaire que 2 jours avant la tenue du scrutin, ce que beaucoup de Républicains voyaient comme étant une manoeuvre électorale à mettre sur le compte de l’Administration Démocrate afin de favoriser leur candidate.