Ahmed el Assir, nouvel émir du Liban

241

La Vallée de la Békaa, crédit photo: François el Bacha, tous droits réservés.

Après la découverte de Tribunaux Islamiques au Liban, un pas supplémentaire a été à nouveau franchi, avec la nomination d’Ahmed el Assir comme émir du Liban par l’Organisation de l’Etat Islamique ou Daech. Selon le quotidien Al Joumhouriya, l’organisation terroriste s’apprêterait en effet à proclamer la déclaration d’un émirat islamique au Liban, et pourrait prochainement lancer une série d’actions visant le Pays des Cèdres, notamment dans les régions libanaises annexes du Qalamoun syrien ou elle est présente et dans les régions du Nord Liban.

Le 23 janvier dernier, une attaque djihadiste à l’encontre d’un poste de la localité de Tallat al Hamra situé à proximité des villes de Ras Baalbeck et d’Arsal dans la Békaa Est et imputée à Daech avait fait 8 morts dans les rangs de l’Armée Libanaise.L’institution militaire avait alors réussi à les repousser, suite à l’intervention de ses unités appuyées par des tirs d’artillerie et par des hélicoptères. Depuis des tensions persistent, le journal britannnique The Telegraph indiquant que plusieurs milliers de militants de Daech se seraient massés aux frontières des 2 pays et menaceraient directement le Liban afin de riposter contre l’implication du mouvement chiite libanais Hezbollah aux cotés de l’Armée Syrienne. A ces militants, se seraient joints, plusieurs centaines de sympathisants de mouvements considérés plus modérés suite à leurs défaites face au régime de Bachar el Assad, ainsi que 700 à 1000 ressortissants libanais appartenant à la communauté sunnite selon la Sureté Générale. Selon le même article, Daech devait donc attaquer les postes d’observation mis en place par l’Armée Libanaise avant de pouvoir directement s’en prendre aux localités chrétiennes ou chiites de la région et cela afin de tenter d’entrainer la population dans un conflit confessionnel.

Cette information intervient également alors que l’armée libanaise a réussi à démanteler au début de ce mois une cellule terroriste qui devait notamment viser par des attentats kamikazes le Casino du Liban, situé en pleine région chrétienne du Kesrouan. Cette attaque aurait dû être conduite par un membre d’Al Nosra, à l’origine chrétien et originaire de la région Nord du Akkar et qui s’était converti à l’islam salafiste.

Qui est Ahmed Assir?

Ahmed el Assir, ancien imam salafiste de Bilal Bin Rabah située à Saida, né de mère chiite et de père sunnite, s’était d’abord fait connaitre en déclarant son opposition au mouvement chiite Hezbollah puis par une série de provocation comme lors qu’il s’était rendu dans la région syrienne de Qalamoun pour combattre l’Armée du Régime de Bachar el Assad ou quand il s’était rendu dans la région chrétienne de Faraya afin de profiter de la neige. Il a franchi une étape supplémentaire jusqu’à entreprendre d’attaquer l’Armée Libanaise le 23 juin 2013. 16 militaires libanais avaient alors été tués et 35 autres blessés ainsi que 13 militants islamiques ont été tués suite à l’assaut de la Mosquée d’Abra transformée en véritable forteresse. Le prédicateur salafiste est depuis en fuite, les autorités libanaises ayant indiqué qu’il se serait alors d’abord rendu dans le camps palestinien d’Ein Helwé, dans la banlieue de Saida, zone ou les forces de sécurités libanaises ne peuvent pénétrer avant de disparaitre, certaines sources le supposant combattre actuellement aux cotés de Daech entre les montagnes de l’Anti Liban et du Qalamoun syrien.

Recherché, il a été depuis condamné par contumace à la peine de mort par la cour de justice militaire.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.