Quand on applique la Charia au Liban

145

La Valliée de la Békaa

On connaissait les Tribunaux Religieux des communautés chrétiennes et musulmanes pour les affaires civiles comme les divorces comme le soulignait le dernier rapport de Human Right Watch concernant les discriminations faites aux femmes, voila qu’on découvre qu’il existe au Liban des Tribunaux Islamiques suite à un attentat visant l’un d’entre eux ou un accident, on ne sait jamais, et gérés par l’Etat Islamique, notamment dans la région d’Arsal dans la partie Nord Est de la Békaa.  L’Organisation de l’Etat Islamique ou Daech étant connue pour ses méthodes plutôt expéditives pour gérer ce qu’elle considère comme étant des délits, et on entend souvent parler des sentences, avec la défenestration d’homosexuels, la décapitation de journalistes étrangers accusés d’être des espions et moins souvent de soldats de l’armée syrienne ou de militants de mouvements rebelles syriens opposés à eux, voir même de propriétaires et d’éleveurs d’oiseaux dont certains n’étaient encore que des adolescents.

Capture d’écran non authentifiée circulant sur Facebook, qu’un ressortissant syrien a reçu de la part de l’Etat Islamique.
Traduction:
Frère Abou Hanzala al Chami
Type de voiture: La voiture infidèle (à cause de la croix arborée par les voitures de type Chevrolet)
Montant de l’amende: 10 dinars en or et 200 dinars d’argent.
Cause de la contravention: Conduite d’une voiture arborant une croix sur une route musulmane.

Même si ce tribunal, comme le prétend l’article cité, ne fait que juger les ressortissants et réfugiés syriens présents au Liban, appliquer une loi étrangère, même religieuse au Pays des Cèdres est une nouvelle infraction et violation de la souveraineté et cet état de fait ne doit en aucune manière être tolérée. Arsal devient donc un état dans l’état ou la loi libanaise n’est plus appliquée, et cela avec le consentement implicite des autorités libanaises qui ne permettent pas à l’Armée à un mettre fin.

Le Liban a déjà abandonné à plusieurs reprises des territoires entiers à des organisations et on a eu l’amère expérience de la signature des accords du Caire de 1969 ayant amené à la guerre civile fratricide et au déchirement des communautés libanaises avec un tribu lourd de 150 000 morts et de 17 000 personnes toujours disparues.

Le Liban n’a pas appris de cette expérience passée que seul la loi libanaise et l’autorité de l’Etat Libanais doivent s’exercer sur tout son territoire, y compris les camps palestiniens hier et y compris sur les territoires abandonnés au diktat d’une organisation terroriste internationale dont  le projet ultime est en fin de compte l’instauration d’un Califat par la destruction systématique de tout système étatique concurrent, ce qui fait de l’Etat Libanais, après la Syrie et après l’Irak, sa prochaine cible.

Quelque soient les pertes que l’Armée Libanaise pourrait connaitre et on sait combien l’institution militaire a déjà souffert notamment ce vendredi dernier avec un bilan lourd de 5 morts dans ses rangs, il n’est pas plus acceptable de prendre en otage aujourd’hui une quelconque parcelle du territoire libanais pour demain prendre en otage 4 millions de citoyens.

Alexandre Baz

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.

Les commentaires sont fermés