Il arrive souvent qu’une fille qui a perdu sa virginité n’ose pas révéler son état à l’homme qu’elle aime de peur de le perdre. Est-il permis que l’amour et la virginité de la fille soient si intimement liés de nos jours? Pour répondre à cette question, il serait bon de définir ce qu’est le véritable amour. A mon avis, l’amour est l’union de deux êtres. Cette union est fondée sur la complémentarité de deux corps et de deux esprits. L’amour est à la fois physique et spirituel. L’un ne va pas sans l’autre. Il s’établit sur la confiance mutuelle, sur la franchise, sur la vérité et non pas sur la virginité.

La fille doit-elle rester vierge jusqu’au mariage? Tout dépend de son partenaire et de sa façon de concevoir l’amour. Deux cas entre autres se présentent dans les sociétés conservatrices. Il y a le partenaire dont l’esprit est bloqué mais qui fait semblant qu’il a l’esprit ouvert et qu’il veut avoir des relations sexuelles avec la fille qu’il fréquente pour être sûr qu’elle l’aime vraiment. Une fois qu’il a eu ce qu’il voulait, il la laisse tomber et épouse en fin de compte une fille vierge une fois qu’il aura décidé de se marier. Il prend plaisir avec la fille qui s’est donnée à lui comme il prend plaisir avec une cigarette. Une fois qu’il a tiré la cigarette jusqu’au bout, il la jette et il l’écrase. Il agit de même avec la fille qui s’est donnée à lui corps et âme pour lui faire plaisir. Il tire ses coups avec elle jusqu’à satiété puis il la quitte et l’écrase par son mépris. Ce type se comporte en vrai salaud.

Le second cas est celui d’un vrai amoureux. Il a l’esprit ouvert et il veut réellement avoir des relations sexuelles avec la fille qu’il aime pour rendre plus fort son amour pour elle en vue de l’épouser dans un avenir plus ou moins lointain parce qu’il ne peut plus se passer d’elle. Ce genre d’homme est bien rare dans les sociétés conservatrices mais il existe quand même. Son comportement avec la fille qu’il fréquente est la preuve d’un véritable amour qui mène au bonheur total.

Dans les sociétés modernes ou « évoluées », le problème de la virginité de la fille ne se pose pas. A 14 ans, la fille a des relations sexuelles pour découvrir son corps et satisfaire ses besoins physiques. Ses parents l’y encouragent pour son équilibre tant physique que psychique. A cet âge, une fille qui n’aurait pas eu pareille expérience est considérée comme anormale et certains parents vont même jusqu’à demander à un psychiatre de la traiter et de la guérir de cette anomalie.

Dans ces sociétés, la fille ne se suffit pas d’avoir un partenaire. Elle fait l’expérience de plusieurs partenaires. Soit elle choisit un partenaire pour quelque temps puis elle passe à un autre et ainsi de suite. Soit elle fréquente plusieurs partenaires en même temps. Elle change de partenaires comme elle change de culottes. Elle a même des camarades de plaisirs sexuels.

Pourquoi s’étonner dans ce cas de l’expansion de la pédophilie dans le monde? Une fille âgée de plus ou moins 14 ans et qui se donne pour le plaisir est consentante. Si quelqu’un doit être jugé et condamné c’est bien elle et non pas son partenaire sexuel. Cela ne veut pas dire que je sois pour la pédophilie. Loin s’en faut. Peut-on alors parler d’amour? Bien sûr que non parce que les deux partenaires sexuels se comportent comme des animaux. Ils cherchent à satisfaire leurs instincts en l’absence de tout sentiment noble.

Mais il se présente parfois des cas où certaines filles ont perdu leur virginité sans l’avoir cherché ou voulu. Une fille peut avoir perdu sa virginité par accident, en tombant de cheval ou d’une hauteur assez élevée ou après avoir reçu un grand coup. Une autre a pu être violée ou encore obligée de force à se prostituer. Une troisième a peut-être été trompée par un salaud qui a profité d’elle puis l’a laissée tomber. Une quatrième a peut-être eu des relations sexuelles à répétitions mais elle envisage de se ranger et de se consacrer à un époux avec qui elle veut fonder un foyer, avoir des enfants et mener une vie normale.

Ne faut-il pas donner une chance à pareilles filles? A mon avis, il faudrait leur en donner une. L’honneur d’une fille ne se trouve pas entre ses cuisses. Ce n’est pas lié à un hymen intact ou à un hymen brisé. L’honneur d’une fille repose sur la sincérité. Elle doit avoir le courage de dire la vérité à l’homme qu’elle aime, même si cette vérité est amère. Si celui-ci l’aime vraiment, il continue à la fréquenter et envisage même de l’épouser. Sinon qu’il aille au diable car cet homme ne l’aura jamais réellement aimée et ne pourra jamais l’aimer. L’amour, c’est accepter l’autre comme il est avec ses qualités et ses défauts. Il est plus fort que ces petits détails que sont la virginité et le dépucelage.

Une question me passe par la tête. Pourquoi la fille doit-elle rester vierge jusqu’au mariage alors qu’il est permis au garçon de perdre sa virginité à n’importe quel âge sans aucun problème? Et on parle de l’égalité entre homme et femme? S’il doit y avoir égalité, il faudrait qu’elle le soit dans tous les domaines ou qu’elle ne le soit pas du tout. Cessons de jouer aux hypocrites. L’hypocrisie est une maladie que n’importe qui peut attraper, à travers les siècles et dans n’importe quel pays. Elle est universelle et intemporelle. Elle est la cause de tous nos maux. Ayons le courage de dire la vérité et d’assumer la responsabilité de nos actes sans aucune fausse honte. Pour ma part, toutes les femmes, quel que soit leur état, ont chacune une place dans mon cœur. Je les aime toutes intensément.

Samy Chaiban.