Moins d'une minute de lecture

Le CNRS-Liban a mis en garde contre les incendies de forêt qui pourraient se produire en raison des grandes chaleurs ces derniers jours. Ainsi, l’essentiel du territoire libanais est à considérer à risque pour ces 2 prochains jours, indique l’institution scientifique.

Pour rappel, d’importants incendies avaient déjà ravagé une partie du territoire libanais le 14 octobre 2019.

À l’époque, les incendies avaient débuté dans la localité de Meshref pour s’étendre ensuite jusqu’à Damour, provoquant d’importants dégâts matériels. D’autres incendies s’étaient déroulés Kornet Hamra-Mazraat Yachouaa-Zikrit dans le Metn, dans le Kesrouan, ou encore dans le Nord Liban, alors que les autorités libanaises éprouvaient d’énormes problèmes logistiques en raison du manque de moyens à disposition de la Défense Civile. Des canons à eau des forces anti-émeutes seront ainsi même mises à contributions.

Jusqu’à 104 départs d’incendie avaient été constatée en 24h seulement alors.

Face au désastre, Chypre et la Jordanie avaient envoyé des avions bombardiers d’eau pour compléter les hélicoptères de l’Armée Libanaise. Une polémique était également apparue après qu’il soit apparu que les hélicoptères Sikorsky étaient indisponibles. Une enquête pour désigner les responsables de l’incapacité des 3 hélicoptères de lutte anti incendie à remplir leurs rôles avait été alors ouverte sans résultat officiel jusqu’à présent.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.