Avec le rétablissement des connexions Internet en Egypte, Libnanews a contacté SR qui vit à Alexandrie.

Q : Comment est la situation ?

SR : Les choses sont plus mauvaises que ce qu’on dit à l’étranger. Al Arabiya et Al Hurra rapportent mieux les évènements qu’Al Jazeera.

Q : Quelle est donc la réalité ?

SR : Je suis bloqué à la maison depuis la semaine dernière. Aller à Tahrir (NDLR : le lieu de rassemblement des manifestants) est trop dangereux.  (…) Mon beau-frère a dû sortir ce dimanche pour acheter du pain. Il a vu un homme se faire tirer dessus dans le café juste à coté de la boulangerie et personne n’a su d’où venait le coup de feu.

Q : Donc plus de pertes humaines que celles annoncées ?

SR : Oui.  20 000 prisonniers se sont échappés de prisons, incluant les 23 du Hezbollah et je ne sais combien du Hamas. Il ne s’agit pas seulement de prisonniers de droit communs qui se sont échappés, mais aussi de prisonniers politiques ayant un agenda différent.

Q : Est-ce que les éléments d’Al Qaida qui étaient impliqués dans les attentats des années 90 contre les touristes occidentaux se sont échappés ?

SR : Oui, les assaillants choisissent certaines prisons et appellent les prisonniers par leurs noms. Il s’agit d’un processus organisé pour libérer certaines personnes et non seulement pour répandre le chaos.

Q : Qui fait cela ?

SR : Beaucoup de rumeurs courent. Certains indiquent que des bédouins qui vivent à proximité d’une prison ont abattu un mur avec un bulldozer(ces bédouins sont déjà en dehors du système de l’Etat). D’autres accusent l’Iran d’être à l’origine des manifestations.

Q : Comment l’armée réagi ?

SR : On dit que la police est divisée entre ceux qui sont contre Moubarak et qui veulent étendre le chaos. Ceux qui sont contre Moubarak ne sont pas pour le peuple mais avec d’autres puissances étrangères. L’Armée tente de sauvegarder la sécurité sans prendre parti.

Q : Donc ce n’est pas comme en Tunisie ?

SR : Non, il y a peut-être un plan des islamistes pour renverser les gouvernements arabes. Si les manifestants ne réussissent pas à se contrôler, les islamistes voleront le pouvoir.

Tout a commencé par la frustration des jeunes contre les conditions socio-économiques et le système policier. Mais au 3ème jour des manifestations, les Frères Musulmans se sont joints au mouvement et ont demandé à leurs membres de toute l’Egypte de se rendre à la place Tahrir pour essayer de prendre une part du gâteau.

Q : Est-ce que la menace islamique est agitée pour affaiblir le soutien international au Mouvement Démocratique ?

Non, il ya des gens qui n’ont rien d’autres comme objectif que la mise en place d’un califat islamique. Cela sera encore pire que sous Moubarak s’ils arrivent au pouvoir, parce qu’ils auront le soutien de tous les pays musulmans pour transformer l’Egypte en République Islamique.

Q : S’il s’agit d’un problème religieux, comment va la communauté chrétienne qui avait été touchée par un attentat fin décembre ?

On ne peut pas vraiment en parler parce qu’on est un seul peuple et les manifestants sont dans la rue, cote à cote pour sauver le pays. Le problème sera posé si les islamistes prennent le pouvoir.

D’ailleurs ces derniers ont brisé des monuments de l’ère pharaonique, criant « Allah Akbar, brisons les statuts du diable ».

Q : Qu’en est-il du Musée du Caire ?

C’est ce à quoi je faisais allusion, certains sont des ignorants ayant subi un lavage du cerveau. Ils voulaient faire comme en Afghanistan mais de jeunes égyptiens modérés qui étaient place Tahrir sont rapidement intervenus même avant les forces de sécurité.

Les manifestations du premier jour étaient menées par des artistes et des modérés mais les islamistes essayent d’en prendre le contrôle comme précédemment dit.

Comments are closed.