Moins d'une minute de lecture

Le dirigeant du Courant Patriotique Libre a qualifié ce dimanche l’audit juricomptable des comptes de la Banque du Liban comme étant « un devoir national et une priorité ultime dans une série de Tweets.

Il a précisé que cet audit permettra de poursuivre sur toutes les dépenses publiques, allusion au fait que la Banque du Liban héberge les comptes de l’état. Il mettrait également en évidence « le déficit financier, dévoilerait les violations et déterminerait le sort des fonds pillés, donnés et transférés ».

L’état doit imposer cette procédure, allusion au refus du gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, fortement critiqué, qui n’a répondu qu’à 43% des questions posées par le cabinet Alvarez & Marsal. Le parlement, poursuit-il doit « soutenir et immuniser tandis que la Banque du Liban doit réagir immédiatement ».

Enfin, Gébran Bassil estime que le CPL est uni autour de cette demande, allusion au fait que le président de la Commission Parlementaire et du budget Ibrahim Kanaan ainsi que le vice-président de la Chambre, Elie Ferzli, membre du bloc parlementaire du Liban fort, auraient mis des obstacles à cette procédure.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.