Moins d'une minute de lecture

Des incidents ont actuellement lieu entre Forces de Sécurité en charge de protéger le Parlement et manifestants au centre-ville de Beyrouth.

Alors que d’importantes manifestations contre la classe politique, considérée comme corrompue et dont le départ est demandé, avait débuté dès octobre 2019, les tensions se sont accrues ces derniers jours en raison de l’explosion de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium à l’intérieur même du port de Beyrouth.

Les forces de sécurité feraient ainsi usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants qui tentaient de se diriger vers le Parlement, symbole de cette classe politique aujourd’hui rejetée.

Cette explosion a fait 137 morts, plus de 100 disparus et plus de 5000 victimes.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité ne marche que sur un ordinateur et non sur les mobiles ou tablettes. Par ailleurs, il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Cet article est disponible en Français