La conférence CEDRE (4e réunion d’endettement et de promesses non tenues en 20 ans) est une énorme violation du processus démocratique, donnant matière à une caste pourrie des mêmes dirigeants libanais de regagner le rapport de force qu’ils avaient perdu depuis le soulèvement populaire du « Hirak madani » en 2015 et face aux initiatives citoyennes travaillant avec sérieux un avenir géo-politique, économique et social prometteur pour le Liban.

A un mois des élections seulement, le gouvernement reconnu par ses innombrables échecs dans la gestion des crises économique, environnementale et constitutionnelle, s’est “félicité” d’avoir “convaincu” – par son incompétence inavouée – la communauté internationale de lui prêter 11 autres milliards de dettes nouvelles (qui ne seront jamais honorées pour des raisons évidentes) pour les plans magiques d’investissements et de réformes qu’ils comptent mettre en place, sans jamais dire un mot sur l’austérité en regard, prévue dans les coulisses des créanciers internationaux: stabilisation économique des réfugiés, accroissement des impôts et des inégalités, confiscation des trésors attendus des pétrodollars, promesse irréaliste de croissance à 6-7% au cours des 5 prochaines années face au misérable un point et quelque qu’ils ont marqué jusqu’ici, etc…

À seulement un mois de la décision populaire, la campagne électorale se voit biaisée par toutes les méthodes de voyous et de corrompus (chantages sectaires et soudoiement) et par le versement de fonds illicites préparant leur dé-diabolisation.

Pire encore, le parti médiatique bat à son comble par le lynchage constant de la coalition civile qu’il accuse de tous les noms et qu’il exclue de toutes les émissions politiques, par une campagne de banalisation révulsante et un isolement des candidats honnêtes des formations citoyennes de tous les plateaux de télévision.

Nos dirigeants de longévité inégalée mènent ainsi tranquillement leur propagande du “tous les mêmes”, pour profiter de l’habituel taux effondré de participation au scrutin et par un soudoiement malhonnête de leurs partisans, des endoctrinés, des piégés par le discours sectaire (par manque de moyens et d’information), et des opportunistes “rien à foutre” qui profitent de la „formule déjeuner“ pré-électorale : un bon-ticket de 100$ plus une bouteille d’eau.

Tout cela, sans compter le déplorable niveau des débats politiques dénués d’idéologie, de programmes et de richesse de la pensée.

Certains ont tout prévu, même concocter des sauces programmes séduisants de surprenantes réformes jamais proposées auparavant durant leur presque-décennie de mandat. Des indignes promesses, à ne croire sous aucune condition.

D’autres malins, traitant normalement leurs -prétendus- adversaires de la “bête noire handicapant le pays“, trouvent tout de même le culot d’en faire de puissants alliés électoraux, vous comprenez à présent la cohérence politique qui les anime.

Finalement, tous se sont mutuellement nominés, avec des airs sympathiques et des distributions de compliments, aux prochains postes clés du gouvernement, avec un ignoble mépris du peuple libanais et de la soit-disante “formalité” qui l’attend en mai prochain.

Le Bilan

Si vous ne vous indignez pas, si vous ne les punissez pas, si vous restés enfermés dans votre amnésie collective, dans votre mépris de la pensée libre, de nos rêves si compliqués mais si évidents à toute réflexion raisonnable…. vous aurez le bon vieux coup de fouet au quotidien, mais sans pleurnicheries par pitié.

Si vous ne les dégagez pas, c’est que vous les méritez si bien.

Malheureusement, c’est notre Terre qui paie le prix, que vous déshonorez. C’est notre dignité nationale que vous ridiculisez une fois de plus.

Ceux-là, ne l’oubliez jamais, ont le sang de nos soeurs et frères sur leurs mains. Ceux-là sont prêts à tout pour garder le pouvoir, l’argent et l’autorité. Ceux-là sont vos éternels bourreaux et ils ne manqueront aucune occasion de vous lapider jusqu’au dernier souffle de vie.

Alors, si vous avez un brin de conscience, une fraction de dignité, une infime part de liberté… jetez les dehors et élisez-en d’autres, que vous jugerez sur des bases objectives et un programme clair.

La bataille que nous menons est idéologique, c’est celle d’une république laïque, séparant l’État des religions, mettant à plat toutes les anciennes méthodes de déstabilisation, pour reconstruire une structure d’État fort de ses institutions, de sa constitution, de ses forces armées, de sa justice et de son égalité envers ses citoyens.

Une refonte complète de nos procédés politiques est imminente, sur la base de la justice sociale, de l’écologie et du respect des libertés individuelles.

Quoi qu’il en soit, le processus de la révolution citoyenne est enclenché et rien ni personne ne pourra l’arrêter.


Joseph Al Ajami

Étudiant en 6e année de médecine à l’USJ, je suis un militant des droits de l’Humain, et notamment en ce qui concerne l’avenir politique de notre pays en cette période électorale. J’écris à temps partiel, quand l’inspiration m’emporte et me guide vers l’écriture.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.