Des mannequins représentant des combattants du Hezbollah. Musée de Mlita, Sud Liban. Crédit Photo: Libnanews.com
Des mannequins représentant des combattants du Hezbollah. Musée de Mlita, Sud Liban. Crédit Photo: Libnanews.com

La branche militaire du Hezbollah se serait mis en alerte suite à des frappes occidentales contre la Syrie, notent des sources journalistiques. Cette mobilisation intervient alors que le mouvement chiite craint que Tsahal mène une action militaire opportune après les frappes occidentales contre la Syrie.

Selon ces dernières, les opérateurs de missile de la région du Hermel ont été appelés à la mobilisation générale, alors que les Forces Spéciales du mouvement chiite basées au sud se sont déployées pour faire face à une possible attaque israélienne contre le Sud Liban.

En Syrie, un centre de commandement du Hezbollah situé dans la ville de Qouseir dans la province de Homs aurait été visé par les raids aériens qui ont eu lieu dans la nuit du samedi 14 avril à partir de 3h du matin, heure locale. On ignore pour le moment tout bilan dans ces attaques.

Cette mobilisation intervient alors que le mouvement chiite se voulait rassurant ces derniers jours, certains de ses responsables indiquant ne pas croire à une opération militaire contre le régime syrien.

Pour rappel, la coalition formée par les États-Unis, la France et la Grande Bretagne ont mené une série de bombardements dans la région de la capitale syrienne Damas et dans la région de Homs.

Parmi les cibles visées, un ensemble d’infrastructures militaires de l’Armée Syrienne et des centres de recherches accusés d’être impliqués dans le programme d’armes chimiques. Côté russe, on annonce que la plupart des missiles tirés – 100 missiles sur 110 – ont été détruits en vol sans atteindre leurs cibles par les systèmes de défense antiaériens syriens. Les cibles visées ne se trouvent pas dans les zones couvertes par les systèmes antiaériens russes.

 

Voir également: La coalition bombarde la Syrie en dépit des menaces de représailles russes