Le Président du Parti Démocratique Libanais Talal Arslan a estimé sur twitter que le régime de Taëf, (NDLR: l’accord de Taëf qui a marqué la fin de la guerre civile et qui avait réduit les prérogatives de la Présidence de la République et dilué les responsabilités entre parlement et conseil des ministres) et tombé à tous les niveaux.

Nous devons produire un système basé sur les fondements de la citoyenneté, des fondations très éloignées du système sectaire haineux et raciste. Un nouveau contrat politique entre les Libanais est à établir afin de développer la vie politique vers l’État civil.
Sinon ce qui viendra sera plus grand et son coût sera plus élevé que ce dont nous avons été témoins.
Il ne nous est pas permis de rester dans un cercle vicieux et d’attendre plus de catastrophes en laissant se développer et en faisant exploser notre système basé sur la corruption à tous les niveaux.

Hier, les incidents entre forces de l’ordre et manifestants ont fait 230 blessés, indique la Croix Rouge Libanaise et 1 mort dans les rangs des Forces de Sécurité Intérieure, alors que plusieurs immeubles dont le siège de l’Association des Banques du Liban, le Gray, l’immeuble du An Nahar, déjà endommagé par l’explosion, ont été pris par les manifestants.

Outre le Ministère de l’environnement, le Ministère des Affaires Etrangères, de l’Economie ou encore de l’Energie et des Ressources Hydrauliques ont également été investis par les manifestants qui ont répondu à l’appel suite à l’explosion du port de Beyrouth, le 4 août 2020.

Pour l’heure, le ministère de la santé indique que 158 personnes sont décédées, plus de 60 personnes toujours portées disparues et plus de 6 000 personnes ont été blessées selon un bilan toujours provisoire dans l’explosion qui a ravagé le port de Beyrouth et une grande partie de la capitale libanaise.

La piste d’une explosion accidentelle de 2750 tonnes de nitrates d’ammonium saisis en 2014 à bord d’un navire poubelle, le Rhosus battant pavillon moldave, est pour le moment privilégiée par les autorités libanaises. Cette explosion équivaudrait à celle de 600 tonnes de TNT ou encore à un tremblement de terre de 3.3 sur l’échelle de Richter.
Elle aurait ainsi causé un cratère de 210 mètres de long sur 43 mètres de profondeur, indique le dimanche 9 août une source sécuritaire citant les propos d’experts français présents sur place.

Pour rappel

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français