Le silence au chevet de la déchéance.

2
Moins d'une minute de lecture

Horace Vernet, la Bataille de Paris, Porte de Clichy

Le Liban stagne dans un froid glacé d’abstinences insupportables! Les cris stridents de tant de personnes et de familles frappent aux portes de rares coeurs. Notre vaillante armée saigne pour nous préserver alors que d’autres choisissent une cruelle indifférence aux sacrifices des militaires martyrs et à ceux qui sont encore séquestrés.

La république se morfond dans ce qui la démarque le plus en ses temps douloureux: La dénonciation légitime, des injustices flagrantes et des corruptions dans tous les domaines! Ce cauchemard climatisé se rompt quand la juste colère des parents de nos soldats enlevés accuse fièrement l’incompétence des « politiciens » vautours. Ils confirment inlassablement des rôles néfastes qui distinguent leurs graves réputations.

La société libanaise tourne souvent elle aussi son regard quand la vérité blesse. Elle concerne pourtant le haut niveau de déni et l’insoutenable légèreté d’être au nom d’un optimisme égocentrique bâti sur l’insouciance! A chacun d’entre nous de devoir clamer et défendre le juste pas contre le faux, bien avant la préservation des traditions fossilisées, la lecture de nos glorieux héritages désormais orphelins du vécu au présent et la persévérance du féodalisme!

Ce sont des évidences rigides et intouchables au XXI siècle des libanais. Cependant, à tous mes concitoyens, n’appartenons plus à l’oeuvre désolante de nos démissions, pour ne pas finir dans un long silence au chevet de la déchéance!

Joe Acoury

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.